Accueil » Vie affective et sexuelle » HandiJoy : des accessoires pour une sexualité décomplexée
HandiJoy : des accessoires pour une sexualité décomplexée

HandiJoy : des accessoires pour une sexualité décomplexée

Publié le 9 décembre 2014

Avec son épouse, Damien Letulle, ancien sportif de haut niveau, tétraplégique, a lancé le site HandiJoy où il commercialise des accessoires pour vivre pleinement sa sexualité quand on est en situation de handicap.

Faire Face : Comment vous est venu l’idée de lancer le portail HandiJoy ?
Damien Letulle : Depuis 2010, je distribue en France l’IntimateRider, un appareil conçu aux États-Unis pour aider les personnes en situation de handicap lors des relations sexuelles. Je me suis dit qu’il fallait aller plus loin et proposer d’autres produits pour aider les couples à avoir une vie sexuelle plus épanouie.

FF : Tout est parti de votre histoire personnelle…
D.L. : Oui. Sportif de haut niveau, je suis tétraplégique depuis 1997 suite à un accident. Quand j’ai rencontré celle qui allait devenir ma femme, j’ai cherché des accessoires qui pourraient nous aider à mieux vivre notre sexualité. J’ai eu envie d’en faire profiter les autres.
Lorsque j’intervenais dans des conférences, j’étais toujours étonné que personne ne me pose de questions sur ma vie sexuelle. Or, cela fait partie des premières questions que les personnes elles-mêmes se posent après l’annonce de leur handicap : « Est-ce que ça fonctionne encore ? » Il y a encore beaucoup de tabous.

FF : Pourtant, on parle de plus en plus de la vie sexuelle et affective des personnes en situation de handicap… Trouvez-vous que les mentalités commencent à bouger ?
D.L. : Incontestablement mais nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements. C’est pour cela que j’ai créé HandiJoy pour être un peu le porte-parole d’une sexualité décomplexée. Les mails que nous recevons soulignent le besoin de conseils et de solutions. J’ai envie de faire partager mon expérience d’homme et de père de deux enfants de 8 et 4 ans. Oui c’est possible d’être handicapé et de vivre pleinement sa sexualité, d’avoir du plaisir et de devenir parent si on le souhaite. Propos recueillis par Claudine Colozzi

L’IntimateRider peut être pris en charge par la MDPH dans le cadre de la compensation du handicap. Contacter votre MDPH.

2 commentaires

  1. Heureuse initiative pour les personnes intéressées mais aussi pour le public en général, qui n’ose pas demander si « cela » marche encore.
    Bien, très bien. Attention aux prix de vente.

  2. OK, mais avant d’en arriver aux sextoys sophistiqués, il convient de trouver un(e) partenaire, et malheureusement je crois que beaucoup de personnes handicapées n’en sont pas là. N’oublions pas que notre statut nous accule à l’isolement, et que cet interdit administratif de vie commune peut mettre en échec un(e) éventuel(le) relation.

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*