Accueil > Arrêt sur la toile > Alexandra Borrot balaie les clichés sur les handicapés

Alexandra Borrot balaie les clichés sur les handicapés

Sortir d’un corps prison, des clichés collés aux handicapées, bousculer le cadre et agiter les consciences. Éprise de liberté, le verbe acéré, Alexandra Borrot, 39 ans, s’y emploie avec vivacité. Son accident, elle l’évoque ainsi : « Quand je suis tombée sur la tête, j’ai perdu ma langue. » Une chute dans l’escalier du domicile familial, il y a un peu plus de vingt ans. La suite ? Coma, centre de rééducation et un combat acharné pour retrouver l’usage de la parole après cinq ans de mutisme et douze où les autres ne la comprenaient pas.  Alexandra Barrot n’a jamais renoncé.  Dans un documentaire diffusé en 2013, Je marcherai jusqu’à la mer, elle raconte son histoire. Elle qui a eu tant de mal à ré-apprivoiser les mots s’affirme aujourd’hui comme une grande gueule et n’hésite pas à parler cru de sexualité, de jouissance, de ce qui « l’emmerde » et de ce qui lui plaît. Signalé par Valérie Di Chiappari

À lire sur cheekmagazine.fr

A propos de Valérie Dichiappari

Lire aussi

Stop au gaspillage du matériel médical

Dans l’Hérault, une association donne une seconde vie aux fauteuils roulants. Et envisage de déposer …

3 commentaire

  1. Intéressant de compléter le docu de 2013 « Je marcherai jusqu’à la mer », par le lien vers cet article récent.

    Petit sourire: utiliser encore le terme « cru » quand quelqu’un, handicapée ou non, parle de sexe, de jouissance, d’orgasme etc… ne me semble plus nécessaire maintenant. C’est la Vie tout simplement et heureusement.
    Meilleurs voeux.

  2. J’ai fais un chute, à la renverse, dans mon appartement, il y a quelques années.
    Durant un mois, je ne remarchais pas normalement ; dont une semaine trés difficile où je me suis vue en fauteuil.
    Maintenant, ça va. Mais pendant ce mois, j’ai eu le temps de réfléchir : Et si c’était moi.
    et si c’était moi qui ne pouvais plus accèder à mon appartement ; et si c’était moi qui ne pouvais plus aller faire mes courses ni même, au cinéma…..
    Parce que personne n’est à l’abri d’un accident, je me mets en devoir de chercher à améliorer la condition des personnes handicapées, j’espère pouvoir mener à bien cette résolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *