Accueil » Accessibilité » Gare de La Fère dans l’Aisne : un jeune homme handicapé mort pour cause d’inaccessibilité
Gare de La Fère dans l’Aisne : un jeune homme handicapé mort pour cause d’inaccessibilité
Pour accéder au second quai de la gare de la Fère, il faut emprunter une passerelle inaccessible en fauteuil roulant (capture d'écran France 3).

Gare de La Fère dans l’Aisne : un jeune homme handicapé mort pour cause d’inaccessibilité

Publié le 17 avril 2015

Un jeune homme en fauteuil roulant est mort, jeudi 16 avril, en essayant de traverser les voies ferrées de la gare de La Fère, dans l’Aisne. Une gare inaccessible aux personnes handicapées.

Le fauteuil roulant de Christophe Dupuis a été percuté par un train, jeudi 16 avril, à la gare de La Fère (Aisne). Le jeune homme de 32 ans, atteint de sclérose en plaques, a été tué sur le coup. Il traversait la voie ferrée pour rejoindre le quai lorsqu’un convoi de marchandises est arrivé. « Sophie, sa compagne a essayé de bouger le fauteuil qui était bloqué. Elle n’y est pas arrivée », a expliqué David Thédé, un témoin du drame, au quotidien L’Union.

Des escaliers pour accéder au second quai

« La gare n’est pas équipée de passage adapté aux handicapés, ce qui pourrait expliquer les circonstances de l’accident », a précisé la substitut du procureur à Laon. Pour accéder au second quai de La Fère, il faut en effet emprunter un escalier situé sur le premier quai puis emprunter la passerelle surplombant la voie ferrée avant de redescendre par un autre escalier. Impossible pour un usager en fauteuil. Christophe Dupuis s’était donc résolu à traverser la voie, ce qui est interdit.

Un taxi à réserver 48 heures à l’avance

La SNCF offre certes aux voyageurs en situation de handicap munis d’un billet de train la possibilité d’être acheminés en taxi jusqu’à la gare, accessible, de Tergnier, distante de 7 km. Mais encore faut-il le savoir. De plus, ce service doit être réservé au plus tard 48 heures à l’avance.

Un accident pas comme les autres

« Tous les ans, ce sont une trentaine d’accidents de ce type (personne traversant les voies sans y être autorisée par un agent SNCF) qui surviennent sur le réseau ferré national, en dépit des campagnes de communication et de prévention engagées », a précisé la SNCF. Dans ce cas particulier, Christophe Dupuis n’avait pourtant pas vraiment d’autre possibilité que de traverser la voie… sauf à planifier son voyage 48 heures à l’avance. Une contrainte difficilement acceptable.

« Ce drame doit servir d’électrochoc. »

« Les personnes en situation de handicap sont lassées de devoir sans cesse faire appel à des services spécialisés ou de calculer le moindre déplacement en fonction de l’accessibilité ou non des lieux et transports. Les personnes en situation de handicap veulent vivre comme tout le monde, a réagi Alain Rochon, le président de l’Association des Paralysés de FranceCe drame qui vient de se produire (…) au-delà de l’émotion légitime et forte qu’il provoque, doit servir d’électrochoc à notre société et aux pouvoirs publics. (…) Car oui, dans des cas extrêmes, l’inaccessibilité peut tuer. » Franck Seuret

7 commentaires

  1. Désolé, vous titrez « un jeune homme handicapé mort pour cause d’inaccessibilité » mais ce n’est pas l’inaccessibilité qui a tué, mais la bêtise, surtout qu’il existe une solution alternative.
    C’est faire preuve d’irresponsabilité que d’accuser un état de fait.
    Les solutions alternatives obligent souvent à certaines contraintes. Je comprends bien que l’on veuille vivre sans contraintes mais il faut parfois, même pour les valides s’y plier. Je ne doute pas non plus que certains valides préfèrent traverser les voies plutôt que prendre la passerelle et le résultat est souvent le même que pour cette personne décédée. Le responsable serait-il alors l’accessibilité compliquée ?

    Le responsable de l’association des paralysés de france dit : « Les personnes en situation de handicap veulent vivre comme tout le monde »… mais c’est tout simplement impossible. C’est la vie qui est inadaptée au handicap et la collectivité fait déjà des efforts immenses pour améliorer le bien-être des personens handicapées. Ne demandez pas l’impossible. Les sommes dépensées dans l’accessibilité à outrance seraient certainement souvent plus productives et source de bien-être si leur affectation était plus réfléchie au lieu d’être automatique surtout quand elles en viennent à plomber l’économie : est-il vraiment utile d’avoir des WC de 4m2 dans toutes les habitations neuves ? Faut-il que tous les lavabos dans ces mêmes habitations soient situés à 80cm du sol quand bien même ceux qui mesurent 1.90m sont obligés de se plier en deux ?
    Dans chaque chose il faut de la mesure et il ne me semble pas que ceux qui s’expriment au nom des handicapés en aient beaucoup.

    • Rassurez-vous Gameover la bêtise ne tue pas à elle seule et vous en apportez la preuve. Les PH dans leur grande majorité demandent seulement à ne pas être réduites à l’enfermement et si dans le cas présent, du moins tel que relaté par la presse, il y a bien eu imprudence fatale le raisonnement général que vous faites ensuite est tout simplement dans la droite ligne du ségrégationnisme perpétuel. Si tant de sommes sont nécessaires aujourd’hui pour adapter l’existant c’est, pour une grande part, la conséquence d’un immobilisme coupable dans la prise en compte de contraintes connues depuis longtemps. Maintenant, qu’il y ait quelques excès résultant des règles d’accessibilité on peut en convenir mais si on suit votre raisonnement nous en serions encore aux toilettes rustiques (dites faussement à la turque) et une seule par palier … Il y aurait tant à écrire sur votre commentaire !

    • Bonjour
      Je lis cet article seulement maintenant et je vois le commentaire de « gameover ». Effectivement vous êtes bien gameOver!
      Certainement que votre imbécilité certaine est due au fait que vous n’avez surement pas de personne en fauteuil roulant dans votre famille.
      je ne vous souhaite aucun mal, mais passez faire un tour un jour ou vous aurez 15 minutes de votre temps si précieux a perdre, en centre de rééducation et vous comprendrez beaucoup mieux nos besoins a nous personnes invalides qui sommes clouées sur une chaise roulante.
      Ou alors autre solution, portez vous volontaire pour accompagner des personnes en situations de handicap en vacances, l’APF recrute dans ce domaine .. Bien entendu cela reste du bénévolat, et croyez moi vous en apprendrez auprès de ces jeunes, et votre vision du handicap et des aménagement pour eux changera du tout au tout !

    • Eh bien non, ce n’est pas impossible de vivre comme tout le monde avec un handicap! Je vis comme tout le monde et je suis loin d’être la seule! Et non, il n’est pas acceptable de devoir planifier ses déplacements 48h à l’avance. Et, oui, il est indispensable que tous les logements neufs soient aux normes handicapés, afin de permettre à tous de trouver un logement accessible à louer là où ils en ont besoin et au moment où ils en ont besoin, ainsi que pour leur permettre de vivre comme tout le monde et d’aller manger ou passer le week-end chez des amis – ce qui nécessite évidemment de pouvoir utiliser leurs WC et le cas échéant leur douche!

  2. Je suis personne handicapée moteur en fauteuil électrique
    Je ne comprends pas pourquoi ce jeune homme (Christophe Dupuis) a décidé d’aller de son propre chef dans une gare qu’il savait inaccessible.
    Si il avait réservé un transport adapté il serait toujours vivant.
    Le handicap et la société nous forcent à nous adapter aux situations: quand un lieu, ou un bâtiment est inaccessible on n’insiste pas on cherche d’autres solutions d’accès c’est tout il n’y a pas lieu de se mettre en danger.
    Visiblement ce couple n’a pas accepté l’arrivée de la maladie, et ils n’ont pas intégré le fait qu’il y ait des adaptations à faire à tous les niveaux (Transport, Travail, loisirs…)

  3. J’ai publié un post cet après-midi et là je constate qu’il a disparu c’est quand même, à croire que le contenu ne vous a pas plu et que ça ne correspondait pas à ce que vous vouliez lire
    Donc je le re-colle:
    Évidemment c’est un drame triste et affreux toutes mes condoléances vers ce couple mais un peu de bon sens aurait pu sauver la vie de ce jeune homme (Christophe Dupuis)!
    Je suis moi-même en situation de handicap moteur et je me déplace en fauteuil roulant électrique
    Quand je me déplace je repère les lieux et les bâtiments accessibles et j’évite soigneusement ceux qui ne sont pas accessibles il n’y a pas besoin de se mettre en danger pour si peu!.
    Ce jeune homme savait très bien que la gare n’était pas accessible et bien pour faire son trajet il pouvait réserver un transport spécialisé , alors oui bien sûr ça impose la contrainte de s’y prendre un peu à l’avance mais au moins il aurait été vivant!
    Les transports en commun ne sont pas accessibles c’est injuste mais c’est comme ça il faut s’adapter!
    Visiblement ce couple n’a pas réussi à accepter cette maladie, et n’a pas compris que la survenue d’une SEP s’accompagne d’aménagements, de dispositions et d’adaptations spécifiques à tous les niveaux (Travail, Transports, Loisirs…). Peut-être qu’il y a un problème ou un manque de suivi psychologique du couple mais bon je m’écarte du sujet….
    En tout cas, ne restons pas que sur l’émotion, il y a eu plusieurs événements depuis le début de l’année qui ont provoqués des élans d’émotion: attentat à Charlie Hebdo, le crash de l’avion GermanAirwings, l’accident d’hélicopter en Argentine… et à chaque fois aucune réflexion de fond on est resté que sur l’émotion et le choc des images
    L’accessibilité des personnes handicapées n’est pas quelque chose d’uniquement émotionnel mais c’est quelque chose de logistique et qui est intimement relié au projet de vie de la personne handicapée

    • Eh bien non, il n’y a pas forcément besoin d’adapter sa vie à son handicap. Personnellement, je mène une vie parfaitement normale et je fréquente de nombreux lieux inaccessibles tous les jours. Alors, oui, j’évite de traverser des voies de chemin de fer, mais par contre j’utilise des escaliers, avec ou sans mon fauteuil à coté de moi. Alors, oui, bien sûr, je pourrais sans doute tomber. Mais tous ceux qui font du vélo en ville peuvent aussi se faire renverser… et tous ceux qui fument peuvent aussi mourir de leur addiction. Chacun mène sa vie comme il l’entend. Certains acceptent de prendre certains risques, d’autres pas. Mais personne n’a à dire qu’une personne est « idiote » de prendre tel ou tel risque ou que cela relève d’un « manque de suivi psychologique ». Encore heureux qu’on puisse avoir un handicap sans se voir imposer un suivi psychologique!

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*