Accueil » Emploi » Entreprises, travail et handicap : quels scénarios à l’horizon 2025 ?
Entreprises, travail et handicap : quels scénarios à l’horizon 2025 ?
Dans le champ de possibles, quatre grands scénarios pour le futur de l'emploi des personnes handicapées

Entreprises, travail et handicap : quels scénarios à l’horizon 2025 ?

Publié le 9 octobre 2015

Présentée le jeudi 8 octobre, une étude prospective sur l’emploi des personnes en situation de handicap dessine les évolutions possibles à l’horizon 2025 et dégage des pistes de travail pour permettre aux acteurs concernés d’anticiper.

Une intégration des personnes handicapées dans l’emploi par « la seconde chance », celle de la formation professionnelle, dans un contexte où les politiques de l’emploi se focalisent sur les publics qui en sont les plus éloignés. Tel est le scénario le plus probable dégagé par l’étude prospective « Travail, handicap et entreprises 2025 » présentée jeudi 8 octobre au siège de la Société générale à Paris. Une étude menée avec l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (Adapt) et une dizaine d’organisations partenaires, dont l’Agefiph, avec l’appui scientifique de Philippe Durance, professeur titulaire de la chaire Prospective et développement durable au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

Un an de travail, une centaine de participants

Pendant plus d’un an, une centaine de personnes – responsables de missions handicap, cadres d’associations et de collectivités locales, chefs d’établissements, experts, responsables des achats, médecins du travail, managers, responsables de Cap emploi… –  ont donc planché, en groupes de travail mixtes, sur les évolutions possibles pour l’emploi des personnes handicapées d’ici dix ans, s’appuyant sur une vaste banque de données relative au handicap en France, une enquête qualitative effectuée auprès d’une quinzaine d’entreprises sur leur politique handicap et un comparatif des politiques menées par les entreprises dans trois pays étrangers : Angleterre, Italie et États-Unis.

Une seconde chance pour gagner 10 points de taux d’activité

Au final, entre un scénario pessimiste qui « poursuit les tendances à l’œuvre ces dernières années », avec une hausse continue des personnes reconnues travailleurs handicapés et des entreprises peinant à en compter plus de 3 ou 4 % dans leurs effectifs, et un scénario volontariste où « la plupart des plafonds de verre ont disparu », c’est donc le scénario de la seconde chance qui s’impose. Une partie des fonds en faveur de l’emploi des personnes handicapées y serait réintégrée aux budgets dédiés à l’insertion des publics fragiles. Les entreprises offriraient plus d’emplois directs et indirects (via les Ésat et entreprises adaptées notamment). Les aménagements (télétravail, temps partiel, détachements…) seraient facilités par les évolutions de l’organisation du travail et de l’environnement technologique. Avec ce scénario, le taux d’activité des personnes handicapées passerait de 45 à 55 % mais le taux de chômage resterait élevé.

Trois scénarios alternatifs

Trois autres scénarios, intégrant des alternatives à celui de la seconde chance, ont également été dégagés. Celui de « L’ère de la diversité » envisage une société qui prendrait mieux en compte la diversité. Elle serait alors « considérée comme un facteur d’efficience économique » et les personnes handicapées seraient donc mieux intégrées dans les entreprises. Dans « Ancien monde, nouveau monde », deux types d’organisations se côtoieraient en 2025 : les entreprises traditionnelles plafonnant à 3 ou 4 % de travailleurs handicapés et des « entreprises innovantes privilégiant le développement de la compétence collective, la qualité de vie au travail, la discrimination positive… ». Enfin, le scénario de « L’intégration à double vitesse » amènerait les personnes handicapées proches de l’emploi à rejoindre les dispositifs de droit commun pour accéder au marché du travail tandis que celles ne pouvant intégrer l’économie productive seraient soutenues par la puissance publique pour développer d’autres activités.

Quatre défis principaux à relever

Au-delà de ces scénarios, les auteurs de l’étude « Travail, handicap et entreprises 2025 » ont identifié des défis à relever d’ici dix ans pour faire progresser l’emploi des personnes handicapées. Il s’agit notamment de les placer comme public prioritaire dans les réformes de la formation professionnelle, d’aider les PME à développer leur emploi, de faire progresser les effectifs de lycéens et d’étudiants handicapés dans l’enseignement supérieur et d’accompagner le changement au sein des Ésat et entreprises adaptées pour « favoriser l’innovation, l’ouverture à l’extérieur et l’évolution de leur champs d’action ». Des fiches actions ont été élaborées à destination des entreprises. Et tous les résultats de l’étude seront bientôt disponibles sur le site travail-handicap2025.fr. Corinne Manoury

Un commentaire

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*