Accueil » Emploi » Les travailleurs handicapés veulent gravir les échelons
Les travailleurs handicapés veulent gravir les échelons
Seuls 25% des travailleurs handicapés jugent satisfaisantes leurs perspectives d'évolution et de promotion.

Les travailleurs handicapés veulent gravir les échelons

Publié le 16 octobre 2015

Une récente enquête montre que les travailleurs handicapés sont plutôt satisfaits de leur environnement de travail. Mais ils jugent leurs perspectives de carrière limitées. De plus, les postes restent trop rarement aménagés.

Les salariés handicapés sont satisfaits de travailler mais frustrés de ne pouvoir évoluer. Voilà le constat qui ressort à la lecture de l’enquête sur la santé et la qualité de vie au travail des personnes en situation de handicap. L’Observatoire QualitTHravail, créé par le cabinet Ariane conseil, a recueilli les réponses de 1 900 travailleurs, du secteur privé essentiellement, dont 90% étaient officiellement reconnus handicapés.

« La gestion de carrière reste le parent pauvre des politiques handicap »

Une grande majorité juge « adaptées » les relations avec leurs collègues (82%) et leur supérieur (70%), la diversité et l’intérêt de leurs tâches (69%) et leur charge de travail (59%). Mais seule une minorité (25%) estime que leurs perspectives d’évolution et de promotion le sont également. « En cause, des phénomènes de discrimination, un accès insuffisant à la formation ou un manque de souplesse des organisations, commente Valérie Tran, la présidente d’Ariane Conseil, dans Liaisons sociales magazine, le partenaire média de l’Observatoire. La gestion de carrière reste le parent pauvre des politiques handicap, qui privilégient le recrutement et le maintien dans l’emploi. »

58% des travailleurs handicapés n’ont pas un poste aménagé

Plus surprenant, le poste de travail de près de six travailleurs sur dix n’a pas été aménagé. Pourtant, 60% d’entre eux considèrent qu’ils auraient besoin d’un équipement particulier, d’une organisation différente, d’un rythme adapté ou de locaux plus accessibles. Les employeurs auraient tout intérêt à s’en préoccuper.

Trois principaux leviers pour améliorer la qualité de vie au travail

C’est en effet le deuxième levier, identifié par l’étude, pour améliorer la qualité de vie au travail (QVT). Le score QVT des travailleurs dont le poste est aménagé est largement supérieur (58 sur 100) au score de ceux qui n’en bénéficient pas alors qu’ils en auraient besoin (39 sur 100). La principale voie d’amélioration reste toutefois l’acceptation du handicap par le manager et les collègues. Sans négliger la possibilité de partager cette situation de handicap avec l’entourage professionnel, au travers d’espaces de discussion ou d’un accompagnement individualisé. Les entreprises devraient s’en inspirer pour… évoluer. Franck Seuret

2 commentaires

  1. Sauf que le handicap ne définie pas obligatoirement d’être en fauteuil roulant, cette image du handicap signifiant obligatoirement d’être dans un fauteuil roulant sa limite les autres personnes. Il faut arreter de définir toujours le handicap à fauteil roulant et trisomie.

    • David je suis ok avec toi le handicap c ‘est pas une image comme un fauteuil ceux sont avant tout des restrictions définitives de la vie courante et médicale, d’ou vient l’appréciation handicap non visible debout et handicapé exemple de pathologie SPONDYLARTHRITE, SCLEROSE EN PLAQUE et bien d’autres encore …..

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*