Accueil » Société » Handicap : Bohème découvre la voile grâce à l’association Barrez la différence
Handicap : Bohème découvre la voile grâce à l’association Barrez la différence
Gilles Le Druillennec, Bohème et sa maman Bérengère, à bord de La Mouette Rieuse. © DR

Handicap : Bohème découvre la voile grâce à l’association Barrez la différence

Publié le 29 octobre 2015

La jeune Bohème atteinte de trisomie 21 et Gilles Le Druillennec, skipper infirme moteur cérébral (IMC), ont partagé une aventure de voile, en Bretagne, à bord de La Mouette rieuse. À découvrir avec Cap sur la trisomie, un court-métrage mis en ligne sur YouTube.

Faire Face : Votre série Voile et handicap a démarré en 2013 avec Autisme et voile et continué en 2014 avec Voile à l’aveugle. Cette année, vous diffusez Cap sur la trisomie. De quoi traite ce troisième volet ?
Gilles Le Druillennec : Ce court-métrage restitue l’aventure partagée avec Bohème, neuf ans, atteinte de trisomie 21, sa maman Bérengère et sa Mamm-Gozh (grand-mère en Breton). En six mois, nous avons effectué huit sorties pleines de soleil et de vent. Cap sur la trisomie montre la pédagogie que j’ai adoptée pour m’adapter à son handicap. Je suis passé par le jeu et le rire et nous avons rapidement noué une belle complicité. Cette fillette mignonne comme tout incarne la joie de vivre. Les spectateurs pourront constater que le handicap ne rime pas forcément avec tristesse ou difficultés. De plus, je trouve particulièrement sympathique que sa mère et sa grand-mère participent à l’aventure car les stages d’initiation à la voile accueillent rarement les familles. L’expérience a permis aux deux femmes de découvrir Bohème autrement et d’admirer son autonomie. Très débrouillarde et active, elle a vite retenu le vocabulaire marin pourtant compliqué et été à l’aise avec les manœuvres. Elle a aussi appris à écrire le mot « Bateau ». Mais surtout, alors qu’elle se posait des questions sur son handicap, sur son évolution, sur ce qu’elle pourrait faire plus tard, côtoyer un skipper handicapé lui a permis de se projeter : « Quand je serai grande, je pourrai faire plein de choses comme Gilles », s’enthousiasme-t-elle aujourd’hui. L’aventure lui a donné de l’assurance et lui a ouvert des possibles.

FF : Qu’a-t-elle aimé dans cette aventure ?
G.L : Elle a adoré le « winch » : l’équipement placé sur le pont permettant de démultiplier la traction exercée sur les cordages. Elle a aussi aimé « choquer » (donner du mou) et « border » (le contraire). Sans compter les pique-niques à Bréhat au milieu des mouettes et des goélands.

FF : Quel est l’objectif de l’association Barrez la différence que vous avez créée ?
G.L : En 1985, après avoir décroché le diplôme de moniteur de la Fédération française de voile, j’ai travaillé à l’école de voile de Paimpol. Je voulais proposer aux personnes en situation de handicap de découvrir cette pratique mais je me suis rapidement heurté au manque d’accessibilité du matériel et des voiliers. J’ai alors créé l’association pour permettre à tous de naviguer. En 1998, j’ai décroché le brevet d’État d’éducateur sportif voile mais on m’a mis beaucoup de bâtons dans les roues à cause de mon handicap. Pourtant, j’enseignais la voile depuis plus de dix ans. J’ai alors décidé de présenter des pièces de théâtre interactives dans les écoles et les entreprises pour changer le regard sur les personnes handicapées. À la fin de chaque représentation, je projette un de nos courts-métrages pour montrer concrètement aux spectateurs ce qu’elles peuvent réaliser.

FF : Quels sont vos projets ?
G.L : L’an prochain, nous clôturerons la série des courts-métrages avec Voile et handicap, consacré au handicap moteur. L’héroïne sera une fillette de 15 ans atteinte du syndrome de Little, un handicap qui ressemble à l’infirmité motrice cérébrale dont je souffre. Ce film permettra de croiser l’expérience de deux personnes d’âges différents avec le même type de handicap. L’objectif est aussi de donner de l’espoir aux enfants et à leur famille : les personnes en situation de handicap moteur peuvent réaliser plein de choses ! Propos recueillis par Katia Rouff-Fiorenzi

Pour partager la joie de Bohème en photos cliquer ici

Barrez la différence sur Facebook

2 commentaires

  1. ces génial pour la p’tite puce

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*