Accueil » Éducation » Un tour de France en fauteuil roulant pour sensibiliser sur l’intérêt des études supérieures
Un tour de France en fauteuil roulant pour sensibiliser sur l’intérêt des études supérieures
3 000 km en fauteuil roulant électrique : le défi de Khalil Ibrahim Hamzaoui, doctorant en informatique à Lille 1© Alhambra Design

Un tour de France en fauteuil roulant pour sensibiliser sur l’intérêt des études supérieures

Publié le 23 mars 2016

Début mai, Khalil Ibrahim Hamzaoui, doctorant en informatique en situation de handicap, s’élancera sur un fauteuil électrique pour un projet un peu fou. Soit trente-trois jours à sillonner la France en s’arrêtant dans seize universités afin de promouvoir la recherche et la connaissance et donner une image volontaire et positive du handicap.

Un périple, effectué intégralement en fauteuil électrique, d’un peu plus de 3 000 km, à réaliser entre le 2 mai et le 3 juin 2016. Voilà ce qui attend Khalil Ibrahim Hamzaoui, étudiant en situation de mobilité réduite effectuant sa thèse d’informatique à l’Université de Lille 1. Cette expérience inédite comprend plusieurs objectifs. Tout d’abord, ce “tour de France” (Lille, La Rochelle, Montpellier, Dijon, Lille) donnera à Khalil l’opportunité de rencontrer d’autres étudiants en situation de handicap puisque pas moins de seize étapes dans des pôles universitaires sont prévues. Soit autant d’occasions pour le jeune homme de rencontrer ses pairs pour souligner l’intérêt de mener des études supérieures, comme lui-même le fait. Avec, à la clé, des carrières scientifiques enrichissantes et la démonstration que le handicap n’est pas une fatalité, ni un frein mais qu’il peut être dépassé pour faire partie de la société.

Faire avancer la recherche scientifique

Le projet de Khalil Ibrahim Hamzaoui, qui s’étalera sur un peu plus d’un mois, lui donnera également le temps d’effectuer des mesures liées à ses travaux universitaires. « Ma thèse porte sur l’optimisation de la consommation énergétique des dispositifs mobiles de communication », précise le chercheur. Ainsi, tout au long du trajet, des données seront récoltées afin d’étudier et modéliser mathématiquement la consommation énergétique des appareils mobiles (tablette et smartphone) qu’il emportera avec lui, sans oublier celle des trois batteries de son aide technique. La finalité ? Concevoir une méthode pour réduire la consommation énergétique en gardant la qualité de service souhaitée par l’utilisateur (paramètres matériels, connectivité, etc.).

Un défi scientifique mais aussi physique

Bien que soutenu depuis la première heure par le CNRS et l’APF en Région Nord-Pas-de-Calais (APF-NPDC), un tel projet a un coût financier conséquent (le budget prévisionnel l’estime à 36 500 €). Aider à compléter financièrement son budget est d’ailleurs possible pendant encore quelques jours en cliquant ici.

Enfin, boucler dans son intégralité ce tour de l’Hexagone en trente-trois jours – ce qui représenterait le record de distance effectué en fauteuil roulant – nécessite à l’évidence une sérieuse préparation physique ainsi qu’un accompagnement spécifique en raison du handicap. Ce que souligne Yamina Larbi, animatrice sociale à l’APF-NPDC : « Une équipe pluridisciplinaires le suit depuis le début. Comme Ibrahim va passer plusieurs heures par jour dans son fauteuil, l’intervention quotidienne d’un ergothérapeute sera nécessaire. » Pour suivre les futures aventures de ce scientifique, rendez-vous sur sa page Facebook dédiée. O. Clot-Faybesse

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*