Accueil » Vie Sociale » Culture/Loisirs » Rolling Woman : un seule-en-scène en fauteuil roulant au festival d’Avignon
Rolling Woman : un seule-en-scène en fauteuil roulant au festival d’Avignon
Rolling Woman est personnage positif qui souhaite enlever la peur existant autour du handicap. © DR

Rolling Woman : un seule-en-scène en fauteuil roulant au festival d’Avignon

Publié le 7 juillet 2016

Écrit et interprété par Marielle Rivière, comédienne en fauteuil roulant, Rolling Woman est une tragi-comédie en treize tableaux. Avec humour noir ou tendre, elle s’est inspirée de situations vécues pour imaginer une étonnante galerie de personnages. Ses outils ? L’absurde et le contre-pied.

Faire Face : Comment est né ce spectacle ?
Marielle Rivière : Après mon accident de la route qui m’a rendue paraplégique en 2001, j’ai pensé que ma vie de comédienne était finie. Pourtant, je me souviens qu’un médecin à Lyon où j’étais hospitalisée m’a dit que je remonterais sur scène. Et de fait, dès ma rééducation, j’ai recommencé à écrire. Je notais les réflexions des gens qui m’entouraient et j’ai décidé d’user de l’autodérision pour rendre compte de situations vécues par rapport à mon handicap. Ce spectacle a été créé en 2009 et tourne depuis, avec la collaboration de mon mari, qui s’est occupé de la scénographie et des éclairages.

Rolling WomanFF : Qui est cette Rolling Woman ?
M.R : C’est une personne positive. C’est important d’enlever cette peur autour du handicap, ce tabou qui demeure. Le fauteuil fait souvent barrage dans ma vie quotidienne. Sur scène, on arrive presque à l’oublier. Je n’aime pas beaucoup le mot “handicapé”. Il a une idée d’infériorité que je ne ressens absolument pas. Pour moi, je suis invalide, j’ai seulement des difficultés à me déplacer. Comme je le dis dans le spectacle, c’est moi qui suis EXTRA-ordinaire et les valides qui sont ordinaires ! Ma Rolling Woman parle à toutes les formes de handicap. À la fin, certains spectateurs viennent me voir et s’étonnent : « Vous dites des choses que je n’ose pas dire ! »

FF : Pourquoi avoir décidé de jouer au Festival d’Avignon cette année ?
M.R : C’est un peu un passage obligé quand on veut faire connaître une pièce. Les programmateurs sont présents à Avignon. Ils vont voir les spectacles. Depuis que nous jouons cette pièce, nous avons eu de très bons retours. Cela nous encourage à continuer. Je suis sans doute la seule comédienne en fauteuil roulant du festival, une raison de plus de se démarquer ! Parallèlement, nous avons aussi produit un second spectacle Rolling Woman se dédouble d’une durée de 20 minutes destiné aux collectivités, institutions, avant-spectacles, manifestations diverses pour favoriser une sensibilisation au handicap et à la différence. Propos recueillis par Claudine Colozzi

Du 7 au 30 juillet 2016 – Théâtre Tremplin, salle accessible Les Baladins à 16h15 (durée : 1h10).

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*