Accueil » Autonomie » Aides Techniques » Tétraplégie : un bras robotisé pour ressentir à nouveau
Tétraplégie : un bras robotisé pour ressentir à nouveau

Tétraplégie : un bras robotisé pour ressentir à nouveau

Publié le 18 octobre 2016

Atteint de tétraplégie depuis plus de dix ans, l’américain Nathan Copeland a pu retrouver le toucher via un bras robotisé. Relié à la zone de son cerveau contrôlant les sensations, ce bras les lui a faites ressentir comme si elles provenaient de l’extrémité de ses doigts.

Un pas supplémentaire vient d’être franchi sur la route des interfaces homme-machine, en particulier pour pallier la tétraplégie. En effet, Nathan Copeland, tétraplégique depuis un accident de la circulation en 2004, a pu de nouveau ressentir le toucher comme si sa main en était à l’origine. Cet exploit a été rendu possible grâce à l’emploi d’un bras robotisé, et non d’une prothèse puisque le patient a tous ses membres même paralysés, relié à une puce implantée dans une partie de son cerveau contrôlant les sensations.

L’expérience, troublante, est à découvrir dans la vidéo ci-dessous. Un scientifique du laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns Hopkins demande à Nathan, les yeux bandés, quel doigt du robot il touche. Soit en version originale, index, ring (annulaire), middle (majeur) ou pinkie (auriculaire) ; le pouce n’étant pas utilisé.

Vers des systèmes capables de transmettre des informations sensorielles au cerveau

Ce n’est pas la première fois que la sensation de toucher est retransmise à une personne. Mais jusqu’à maintenant cela avait été rendu possible que chez un patient amputé, donc équipé d’une neuroprothèse de main ou de bras. L’expérience révélée ici, dont le détail des résultats est publié dans la revue anglo-saxonne Science Translational Medicine, marque une nouvelle étape. Cette approche pourrait en effet aider à transmettre des informations sur le point de contact ou la pression nécessaire pour manipuler des objets à travers une prothèse comme un bras sensoriel. Signalé par O. Clot-Faybesse

À lire sur Sciences et Avenir

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*