Accueil » Autonomie » Aides Techniques » L’exosquelette souple, un tissu intelligent pour pallier la faiblesse neuromusculaire
L’exosquelette souple, un tissu intelligent pour pallier la faiblesse neuromusculaire
L’exosquelette souple assiste les déplacements d’un utilisateur en mobilisant spécifiquement ses muscles au niveau des hanches, genoux et chevilles. © Harvard Biodesign Lab

L’exosquelette souple, un tissu intelligent pour pallier la faiblesse neuromusculaire

Publié le 1 décembre 2016

L’exosquelette en tissu représente une nouvelle génération d’aide à la marche. Pensé pour les personnes non paralysés mais ayant des difficultés à se déplacer, ce dispositif agit au niveau des muscles des jambes, et non des articulations.

L’exosquelette, vous connaissez ? Cette gaine de métal enveloppant jambes et hanches, permet grâce à ses moteurs et capteurs de reproduire les mouvements de la marche. Un dispositif maintenant bien documenté, à l’image du Rewalk depuis 2014.

Par contre, la version dite souple de l’exosquelette (Soft exosuit en anglais) l’est nettement moins. Normal puisque cette innovation, développée au sein du laboratoire de Biodesign de Harvard, est récente. Sa particularité ? Sa structure n’est pas rigide mais simplement… en tissu.

Une assistance à la marche légère et souple

À matériaux différents, utilisateurs différents.

Les capteurs d’un exosquelette souple (stimulent les muscles mais n’assistent pas l’articulation © Harvard Biodesign Lab

Les capteurs d’un exosquelette souple stimulent les muscles mais n’assistent pas l’articulation © Harvard Biodesign Lab

Ainsi, le Soft exosuit ne s’adresse pas à une personne paraplégique même si sa fonction première consiste toujours à aider au déplacement. Il se destine à des patients souffrant de faiblesse musculaire ou de troubles neurologiques ou physiques. Son rôle ? L’assistance.

Sans parties rigides, ses bénéfices sont évidents : son poids et sa souplesse. Épousant sans contraintes le corps, l’exosquelette textile facilite la marche de manière naturelle.
Quant à sa gaine en tissu élastique, elle comprend, elle aussi, des capteurs mais ils sont moins sophistiqués et donc moins chers que leurs aînés présents dans un exosquelette traditionnel.

Une aide ciblée puisque seuls les muscles – et non pas les articulations – nécessaires à chaque mouvement (marche, course, flexion, etc.) sont activés. Encore uniquement sous forme de prototype, il devrait être proposé à un tarif plus abordable que son grand frère , celui-ci dépassant les 50 000 €. O. Clot-Faybesse

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*