Accueil » Droits » Réglementation » La France boude la carte européenne du handicap
La France boude la carte européenne du handicap
Alors que l'Union lance la carte européenne du handicap dans huit pays, la France met en place, de son côté, sa carte nationale "mobilité inclusion", sans dimension européenne pour l'instant. © DR

La France boude la carte européenne du handicap

Publié le 3 décembre 2016

La France ne s’est pas associée à ce projet-pilote. La carte européenne du handicap, complémentaire de la carte de stationnement, sera progressivement déployée dans huit pays à partir du 1er janvier 2017.

Un nouveau document officiel pour quoi faire ? La carte européenne du handicap va permettre à ses titulaires de bénéficier des avantages liés au statut d’invalidité (priorité, places assises, tarifs réduits, etc.) jusqu’ici réservés aux nationaux dans chaque pays, dans les domaines de la culture, des loisirs, sports et transports.

L’European disability card offrira par exemple à un Italien en situation de handicap, en voyage en Finlande, les mêmes facilités d’accès aux transports en commun d’Helsinki qu’aux résidents à mobilité réduite.

Huit États participent à son expérimentation : la Belgique, Chypre, l’Estonie, la Finlande, l’Italie, Malte, la Roumanie et la Slovénie.

 

Une reconnaissance mutuelle de l’invalidité dans l’UE

La carte européenne du handicap vue de face qui sera déployée en Belgique à partir du 1er janvier 2017. © DR

La carte européenne du handicap vue de face qui sera déployée en Belgique à partir du 1er janvier 2017. © DR

Chaque pays définit actuellement les critères d’obtention de cette carte, délivrée sur demande, et ses secteurs d’application. Le dispositif se déploiera progressivement à partir de l’an prochain.

Il représente le début d’une reconnaissance mutuelle du statut d’invalidité entre les États membres de l’Union européenne (UE).

Les Français en dehors du dispositif

Pourtant, dans l’immédiat, les Français en situation de handicap n’en profiteront pas. L’État n’a en effet pas participé à l’appel à projets lancé en 2015 par l’UE pour financer la mise en place de cette carte.

Dès les premières discussions sur le sujet, en 2012 à Bruxelles, le Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE) s’était pourtant montré favorable à son expérimentation dans l’Hexagone.

Les pouvoirs publics sourds au projet

« À notre sens, la mise en œuvre de cette carte relevait des pouvoirs publics. Pas d’associations ou d’organismes privés comme cela se passe dans certains pays », explique Philippe Miet pour le CFHE.

Sollicitée à plusieurs reprises par les associations de personnes handicapées, la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) a fait la sourde oreille. Elle n’a pas non plus répondu à nos questions.

Un silence difficilement compréhensible. Au moment où la France se dote, elle-même, d’un nouveau système avec la carte mobilité inclusion à partir du 1er janvier 2017, pourquoi ne pas prendre en compte cette dimension européenne  ?

C’est ce qu’a proposé, une nouvelle fois, le CFHE dans un courrier adressé le 12 octobre à la présidente Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCH). Il attend toujours une réponse. Aurélia Sevestre

La carte mobilité inclusion en quête de reconnaissance

À partir du 1er janvier 2017, la carte mobilité inclusion va remplacer, en France, les cartes d’invalidité, de priorité et européenne de stationnement. Mais sera-t-elle bien valable pour stationner dans les pays européens ? La question se pose d’autant plus qu’avec son format de carte de crédit, mobilité inclusion ne respecte pas les dimensions de l’actuelle carte de stationnement, recommandées par l’Europe.

Le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées assure informer actuellement ses « partenaires pour que la carte mobilité inclusion soit reconnue. Nous allons aussi plaider auprès d’eux pour que le nouveau format de la carte délivrée par la France devienne le nouveau modèle proposé au niveau européen ».

Les pays mettant actuellement en place la carte européenne du handicap apprécieront sans nul doute “l’audace” française…

 

 

9 commentaires

  1. Soyons clair : la création de la nouvelle carte française ne servait que d’effet d’annonce pour faire croire qu’on simplifiait la vie des handicapés… Mais une fois l’annonce faite, le gouvernement ne peut plus revenir en arrière en participant au projet européen, à moins d’avouer qu’il s’agissait justeement d’un effet d’annonce !

    Résultat : on va se retrouver avec une carte inutilisable à l’étranger.

    • Bonjour. Je suis allée plusieurs fois à l’étranger (Allemagne, Suisse, Luxembourg, Russie, République Tchèque, Irlande, Espagne et Portugal) où je me suis servie plusieurs fois de ma carte de stationnement Européen et de ma carte d’invalidité (musées, transport, commerces, etc.) et j’ai eu les mêmes droits que les citoyens de ces pays.
      J’ai même remarqué que tous ces pays étaient nettement plus en avance que nous sur le plan des aménagements pour personnes handicapées. L’accessibilité en fauteuil roulant dans les musées. Les escaliers des châteaux et musées sont équipés de plateformes élévatrices.
      Dommage que chez nous on ne soit pas capable d’en faire autant. On se retranche derrière l’étiquette « monuments historiques ».
      Pourquoi changer un système de cartes handicapées qui fonctionne bien ???????

      • Les ministres Français ont le don de vouloir faire une chose qui porte son nom !!! Et tampis si cela ne marche pas ou pas bien : cela est bien Français .La connerie française est un vrai monument historique que l’on ne visite pas!!! Mais que l’on subit …

  2. Je suis en vacances à High Wycombe en Angleterre. Je suis aveugle et titulaire de la carte européenne de stationnement . Je ne conduis pas ! Mon mari, si. Cet après midi nous avons eu une amende de 100£ pour stationnement sur une place réservée aux personnes handicapées. La preuve sur le site des amendes ? La photo de ma carte derrière le pare brise ! Nous allons évidemment contester. Vive l’Europe et son unité !

  3. Jais reçu le 15/12/2016 ma carte d’invalidité elle est pareille que l’ancienne.

    • Le vrais problème n’est pas la carte d’invalidité mais la carte de stationnement pour handicapé.
      Notamment pour éviter les vols et les falsifications de cette carte

  4. SEPAMOI DU BERRY

    A partir du 1er janvier, toutes les cartes existantes sont remplacées par une seule carte appelée inclusion. Celle-ci sera fournie en plusieurs exemplaires (pour l’avoir derrière le pare-brise, sur soi…) Toutes les cartes encore en notre possession sont encore valables jusqu’à la date inscrite dessus, donc inutile d’en aviser la MDPH pour en changer avant.

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*