Accueil > Emploi > Travailleurs handicapés : grands coachs pour petits employeurs
Metro est l'un des cinq grands groupes à avoir accepté de conseiller les PME pour qu'elles parviennent à employer davantage de salariés handicapés. © DR

Travailleurs handicapés : grands coachs pour petits employeurs

Cinq grands groupes se sont engagés à aider des entreprises de taille moyenne à mettre en place une politique d’emploi de travailleurs handicapés. Ce dispositif innovant est expérimenté dans les Hauts-de-Seine.

Faire appel aux “grands” pour accompagner les “petits”. C’est un principe simple que la Direccte Île-de-France – Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi – entend mettre en œuvre dans les Hauts-de-Seine. Son champ d’application, en revanche, est plus original : l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.

« De nombreuses grandes entreprises ont mis en place une véritable politique du handicap, souvent négociée avec les partenaires sociaux, explique Évelyne Estaing, chargée de mission à la Dirrecte. Les entreprises de taille intermédiaire sont généralement moins avancées sur le sujet, faute de moyens, de temps et de connaissances. »

Développer la mutualisation inter-entreprises

Ce service de l’État a donc proposé à de grands groupes de partager leur expérience avec des entreprises d’au moins 250 salariés. Cap Gemini, Metro, Schneider Electric, Thales et Total ont accepté de jouer le jeu. Début décembre, ils ont paraphé la convention du tout nouveau relais Handi petites et moyennes entreprises 92 (Handi PME 92).

Des partenaires publics et sociaux (Agefiph, syndicats, etc.) sont également signataires. Ce dispositif « vise à développer la mutualisation inter-entreprises en matière de handicap ». Pour les PME, cet accompagnement sera gratuit. Elles pourront choisir leur “coach” parmi les cinq groupes engagés.

Réfléchir à ses pratiques

« Nous avons signé notre premier accord sur l’emploi des personnes handicapées, il y a vingt ans, en 1987, souligne Rocco Safilippo, responsable insertion et mission handicap chez Schneider Electric. C’est désormais bien ancré dans notre culture d’entreprise. Notre taux d’emploi de personnes handicapées est d’ailleurs supérieur à l’objectif légal de 6 %. Accompagner d’autres sociétés est une manière de questionner nos propres pratiques. Cela sera forcément formateur. » De plus, l’engagement n’est pas trop lourd. La durée d’intervention reste limitée à cinq jours. Elle peut même être convertie en équivalent emplois de travailleurs handicapés.

Metro, spécialiste du secteur protégé

Plusieurs axes d’intervention possibles ont été définis : le recrutement, la formation, etc. Et chacun des cinq groupes a précisé ses points forts. « Pour nous, c’est le maintien dans l’emploi, la négociation d’un accord et le recours au secteur protégé pour remplir partiellement son obligation d’emploi », détaille Jérôme Grillet, le directeur du développement des ressources humaines de Metro.

Ce grossiste alimentaire travaille avec plus de 150 entreprises adaptées et établissements et services d’aide par le travail (Ésat). « Nous sommes donc à même d’aider une autre entreprise à mettre en œuvre une politique d’achat et de sous-traitance avec ce type de fournisseurs, explique Jérôme Grillet. Nous pourrons même leur ouvrir notre carnet d’adresses. »  Franck Seuret

Objectif 6 %

Tout établissement privé de vingt salariés ou plus est tenu d’employer au moins 6 % de salariés handicapés. À défaut, il doit verser une contribution à l’Agefiph. À moins qu’il ait signé un accord d’entreprise sur le sujet l’engageant à mettre en place une politique d’emploi financée par ses propres moyens.

Les cinq grands groupes groupes engagés dans le relais Handi PME 92 ont négocié un tel accord avec leurs partenaires sociaux. Mais seuls deux atteignent l’objectif légal de 6 % : Schneider Electric et Metro. Si Total (près de 5 %) et Thales (5,9 % fin 2015) s’en approchent, Cap Gemini plafonne à 2,8 %. « C’est deux fois plus que dans notre branche », argumente la direction du groupe.

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

2019, un cru marquant pour l’Agefiph

Un nombre de personnes accompagnées pour conserver leur poste ou trouver un emploi en hausse. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial