Accueil » Arrêt sur la toile » Une protéine du venin d’araignée pour protéger le cerveau de l’AVC
Une protéine du venin d’araignée pour protéger le cerveau de l’AVC

Une protéine du venin d’araignée pour protéger le cerveau de l’AVC

Publié le 27 mars 2017

Une des protéines du venin d’araignée vient d’être remarquée pour ses bénéfices sur les neurones. Son utilisation pourrait protéger le cerveau humain des dommages consécutifs à un accident vasculaire cérébral (AVC).

À intervalles réguliers, un composé naturel se révèle pertinent pour la bonne santé de l’homme. C’est une nouvelle fois le cas, mis en lumière par les résultats des recherches de l’Institut de bioscience moléculaire de l’Université de Queensland.

L’équipe australienne, dirigée par le professeur Glenn King, vient, en effet, d’isoler dans le venin d’araignée une molécule aux vertus neuroprotectrices. Appelée Hi1a, cette protéine bloquerait un mécanisme directement responsable des dommages cérébraux, le canal ionique 1a. Son action permettrait donc de protéger les neurones.

Longue durée de protection contre les conséquences de l’AVC

La découverte de la molécule Hi1a est particulièrement intéressante pour les personnes touchées par un accident vasculaire cérébral (AVC). Pourquoi ? Parce que le canal ionique 1a est impliqué dans l’ischémie (privation d’oxygène) résultant d’un AVC. Or, c’est justement le manque d’alimentation en oxygène qui entraîne la mort des neurones. Avec, à la clé, bien souvent, des séquelles irréversibles et graves pour la victime de l’AVC.

Ce bénéfice est d’autant plus prometteur que l’action de Hi1a est de longue durée, comme le souligne Glenn King : « Cette protéine offre des niveaux exceptionnels de protection : pendant huit heures après un AVC. Ce qui représente une fenêtre remarquablement longue de traitement. »

Une bonne nouvelle, même si des études cliniques restent à accomplir, car aucun médicament capable de protéger de l’ischémie n’existe à ce jour. Signalé par O. Clot-Faybesse

À lire sur Sciences et Avenir

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*