Accueil » Éducation » Contrats aidés : le coup de frein inquiète les chômeurs et les élèves handicapés
Contrats aidés : le coup de frein inquiète les chômeurs et les élèves handicapés
La limitation du nombre de contrats aidés pourrait conduire à une augmentation du nombre de demandeurs d'emploi en situation de handicap inscrits à Pôle emploi.

Contrats aidés : le coup de frein inquiète les chômeurs et les élèves handicapés

Publié le 24 août 2017

En 2017, le nombre de contrats aidés va baisser de 150 000. Une très mauvaise nouvelle pour les demandeurs d’emploi handicapés qui figurent parmi les principaux bénéficiaires. Cette diminution inquiète également les parents d’élèves handicapés car deux auxiliaires de vie scolaire sur trois bénéficient d’un contrat aidé.

La fin de l’année s’annonce rude pour les demandeurs d’emploi handicapés. 2018 aussi. La décision du gouvernement d’Édouard Philippe de limiter le recours aux emplois aidés devrait les toucher de plein fouet alors que le nombre de travailleurs handicapés pointant à Pôle Emploi avoisine le chiffre record de 500 000.

« Les contrats aidés participent fortement à l’insertion des personnes handicapées », soulignait le ministère du Travail, en janvier, dans une circulaire. « Sans être une “solution miracle”, ces contrats ont un réel effet favorable pour l’emploi des plus vulnérables », abonde l’APF dans un récent communiqué.

Plus de 11 % des emplois aidés occupés par des travailleurs handicapés

En 2016, selon cette même circulaire, plus d’un emploi aidé sur dix (11,4 %) était occupé par un travailleur handicapé. Cette même année, 52 000 personnes avaient signé un de ces contrats. Un peu dans les entreprises, beaucoup dans les associations et collectivités locales où elles représentaient même 14 % des bénéficiaires .

450 000 contrats aidés en 2016, 300 000 en 2017

La loi de finances pour 2016 prévoyait 298 000 contrats aidés. En septembre 2016, le gouvernement Valls en avait débloqué 150 000 supplémentaires. Ce qui avait porté le nombre total à quelque 450 000.

En 2017, 280 000 avait été budgétés. En juillet, le gouvernement Phillipe a limité la rallonge à 13 000. Cette décision montre donc une réelle inflexion. Et comme 190 000 ont été consommés au premier semestre, il n’en reste donc plus que 100 000 à pourvoir pour le second semestre 2017. Moitié moins qu’au second trimestre 2016 !

La ministre du travail : « La solution de long terme est d’investir dans la formation. »

Des contrats « coûteux » et « pas efficaces »

Et en 2018 ? Il faudra attendre la présentation du prochain projet de loi de finances, en septembre, pour connaître le nombre d’emplois aidés budgétés. Mais les déclarations du Premier ministre lors d’un déplacement, le 18 août, et de la ministre du Travail devant l’Assemblée nationale, le 9 août, augurent d’un changement de politique.

Muriel Pénicaud a soufflé le froid sur ces outils « coûteux », « pas efficaces dans la lutte contre le chômage », et qui ne constituent pas « un tremplin pour l’insertion professionnelle ». « La solution de long terme n’est pas de créer des emplois de court terme, précaires, en contrats aidés, mais d’investir dans la formation (…) a-t-elle poursuivi. C’est l’objet du grand plan d’investissement compétences que nous lancerons à l’automne. »

Des services publics et associations sous perfusion

Certes, l’efficacité de ces contrats pour sortir durablement les travailleurs du chômage fait débat. Même si « l’administration dresse un bilan nettement plus nuancé des contrats aidés que les déclarations à l’emporte-pièce » de la ministre du Travail, comme le rapporte le magazine Alternatives économiquesEt le renforcement de la politique de formation est bien évidemment nécessaire.

Mais les contrats aidés ont au moins le mérite de permettre à des personnes éloignées de l’emploi de sortir la tête de l’eau. De plus, le fonctionnement de nombreuses associations et services publics, comme l’accompagnement des élèves en situation de handicap, repose, aujourd’hui, sur ces contrats. Toute réforme, aussi souhaitable soit-elle, devra donc prendre en compte ces réalités.

Emmanuel Macron a pris l’engagement « de donner accès à un AVS à tous les enfants en situation de handicap qui en ont besoin. »

56 000 AVS sous contrat aidé

Alors, la rentrée des élèves handicapés est-elle menacée par ce coup de frein  ? En 2016, deux types d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) se côtoyaient dans les écoles : 28 000 AESH, en contrat à durée déterminée de trois ans maximum renouvelable ou indéterminée ; et 56 000, sous contrat aidé de 6 à 24 mois.

Ces derniers sont donc essentiels. Aujourd’hui encore plus hier puisqu’Emmanuel Macron s’est engagé, durant la campagne, à « donner accès à un AVS à tous les enfants en situation de handicap qui en ont besoin pour avoir une scolarité comme les autres ».

Le tweet du ministre de l’Éducation nationale.

Priorité à l’Éducation nationale pour les contrats aidés

Le ministère du Travail semble en avoir conscience. Selon les informations obtenues par Libération, l’Éducation nationale bénéficiera de la moitié des quelque 100 000 contrats aidés encore disponibles au budget 2017.

Comme le rapporte le quotidien, son « enveloppe » allouée afin d’assurer la rentrée scolaire et, précise le ministère du Travail, « l’accompagnement des enfants handicapés », « est fixé[e] à 50 000 contrats » pour le second semestre. Et ce jeudi 24 août, le ministre de l’Éducation nationale a tweeté qu’il y aura 8 000 emplois de plus que l’an passé pour l’accueil des élèves en situation de handicap. Cela sera-t-il assez pour satisfaire les besoins ?

« Il y aura le nombre de contrats suffisants. »

Fin juillet encore, Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, se voulait confiante. Dans une interview à la Croix, elle assurait : « On peut d’ores et déjà dire qu’il y aura, en septembre, le nombre de contrats suffisants pour accompagner les enfants dont les familles en auront fait la demande. » Confirmation dans un peu plus d’une semaine, le 4 septembre. Franck Seuret

14 commentaires

  1. Je me sent concerné par cette suppression de crédit de contrat aidé en tant que personne RQTH et embauche sous statut CUI.
    Ils n’ont pas pensés aux conséquences pour les gens comme nous qui vont se retrouver sans emploi.

  2. Bonjour je suis handicapé d’une main car j’ai une maladie je suis sportif et je recherche un emploi dans la sécurité civile et le travail pour moi ses pas facile

  3. Je finis contrat aidé 13novembre j’ai 64ans je vais me trouvais sans emploi et au chômage alors que je dois travailler deux ans pour avoir la sociale Je veux travailler Pas être au chômage à mon âge Alors pensez à toutes les personnes qui vont se trouver dans le même cas Pas d’accord d’enlever les contrats aidés à qui déjà et actuellement salarié 😢😢😢

  4. Bonjour,
    La secrétaire de notre école, à Marseille, est sous contrat CAE-CUI. Celui-ci s’achèvera à la fin du mois d’octobre, mais devait, en principe, être prolongé d’un an. Elle est travailleuse handicapée. Est-ce que ce statut lui permettra d’obtenir le prolongement espéré, malgré l’arrêt des reconductions de contrat ?
    Merci

  5. J ai 58 ans je suis travailleur handicapée suite à un at un deuxième at m a contraire à changer de voie professionnelle reconnue inapte un poste cui a été le bien venu en tant que secrétaire des écoles aujourd’hui hui je crains pour mon avenir étant seule avec un enfant charge le chômage n est pas envisageable je ne le supporterez pas cela détruit j ai droit au travail pour assumer mes obligations c est un droit fondamental des déclarations des droits de l homme et ce jusqu a ma retraite dans quatre ans je veux rester un peu actif et ne pas être mis à l écart de la société

  6. j’ai fait 4 ans de contrat aidé en école élémentaire maternelle comme EVS Administrative et je termine fin janvier 2018 je pensais vraiment être renouvelé encore une année comme prévu que vais je devenir ? surtout que j’ai 54 ans

  7. bonjour je suis travailleur handicapé la stupeur ma frappé la fin de mon contrat le travaille pour les handicapé et difficile a trouvé il ni avais que ce travail pour m’aidé un ex employeur ou je me suis présenté ma dit  » il faut allez voire dans les abattoirs il recherche de la viande pour faire des steak haché tant de mépris je ne supporterai pas la perte de mon contrat il faudrait aidé les entreprise et le public qui veut nous embaucher aprés avoir fait largement nos preuve j’ai 51 ans

  8. sous contrat evs depuis 4 ans mon renouvellement a ete rejeté plus de travail !! 50 ans et reconnue travailleur handicapé la grosse galere merci le gouvernement

  9. Femme 58 ans, reconnue travailleur handicapé, contrat aidé jusqu’en février 2018 et mon employeur veut renouveler ce contrat. Pourquoi mettre des gens qui ont du travail au chômage ? Qu’on ne vienne pas ensuite nous traiter de fainéants. Et tous ceux qui vont se retrouver au chômage, il va falloir les indemniser, Où sont les économies ? Quand je pense aux hautes études soi-disant faites pour pondre cela, c’est démoralisant !

  10. bonjour,j’ai 53 ans cui dans un lycée depuis quatre ans .RQTH, que vas t on devenir ?? alors que monemployeur est satisfait de mes services.courage a tous

  11. bonjour j’étais éligible en juin 2017 pour cui pour avscolaire j’ai réussie les teste pole emploi eu l’entretien avec la responsable coordinatrice aujourdhui le 2 octobre on me dit que je ne suis plus éligible tout ca pour vous que l’on motive pas les gens a travailler je suis dégoutté

  12. Bonjour je suis actuellement sous contrat unique d’insetion et mon employeur a fait une demande de renoouvellement pour mon poste en aide maternelle . Mais pour le moment il n’ a pas de nouvelle .
    Actuellement j’ai une reconnaissance de travailleur handicapé ? alors je voulais savoir si sa pouvait toucher quelques choses ou pas ?
    Et je voulais savoir quand il aura des nouvelles du pole emploi sachant qu’il a fait la demande il y a pratiquement 2 semaines ?
    Je vous remercie de votre réponse .
    Bon week end

  13. Martinez paco 30 .10 .2017
    Commencez à l age de 17 ans dans la maçonnerie.stopé suite a problème santé à 46 ans. ( Embolie pulmonaire ) j ai un suivie médical.AVK Plus CONTROLE INR regulier . Un simple contrat CAE en tant que cantonnier durant 4 ans jusqu’à mes 57 ans m a permis
    de me lever le matin content de mon boulot ( CAE soit disant inutile ) pour pour nos grands politiques qui veulent faire des économies.leurs salaires ne joue pas trop sur l économie !!!! Ce CAE me permettait de ne pas faire partie des FAINÉANTs 😤. De ne pas être un des CHÔMEURS con traite de bien profité de la vie .🤔 de gagné un poil plus..bref ras le bol de leurs ragots Fin

  14. Bonjour,
    Je suis en contrat CUI EVS, et mon contrat arrive à sa fin le 31 janvier 2018.
    Je suis éligible au contrat personne handicapée,je me demande que va devenir mon poste sachant qu’à 52 ans, il n’est pas facile de retrouver du travail. De plus une école sans secrétariat et sans décharge pour la Directrice, cela est un problème au quotidien pour une bonne gestion et pour la régularité des rendez vous famille et de la prise en charge des enfants.
    Je suis une personne sérieuse et qui demande qu’à travailler;
    Merci de pouvoir répondre et de pouvoir me renseigner sur la marche à suivre pour éventuellement me rebasculer sur une autre profession sachant que j’ai aussi un titre d’AVS (d’assistante de vie aux familles;
    Florence

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*