Accueil » Arrêt sur la toile » Maladie de Charcot : choisir de mourir
Maladie de Charcot : choisir de mourir
« Je ne veux pas vivre l'horreur que me promet cette maladie.»

Maladie de Charcot : choisir de mourir

Publié le 6 septembre 2017

L’écrivaine Anne Bert, atteinte de la maladie de Charcot, a expliqué ce matin sur France Inter pourquoi elle a opté pour l’euthanasie en Belgique. Son roman, Le Tout Dernier Été, sortira début octobre chez Fayard. Elle ne sera plus là.

« Ne plus pouvoir se nourrir, ne plus pouvoir faire sa toilette. » Voilà les limites fixées par Anne Bert pour dire stop à la vie. Limites que cette écrivaine, auteure notamment de livres érotiques, a déjà dépassées. Atteinte de la maladie de Charcot (ou SLA – Sclérose latérale amyotrophique) avec comme seul horizon à court terme la mort, cette femme de 59 ans a décidé d’aller se faire euthanasier en Belgique.

« Cette maladie neurodégénérative enferme, paralyse (…) et vous emmène dans la dépendance totale », expliquait-elle ce matin sur France Inter, au micro de Léa Salamé. Alors Anne Bert a choisi de ne pas vivre l’agonie qui lui est promise.

Partir pour mourir

Pourtant, elle regrette de devoir aller le faire ailleurs. La France n’autorise pas l’euthanasie active seulement la sédation jusqu’à la mort. « Devoir partir est d’une violence inouïe. » Dans son livre, Le Tout Dernier Été, qui sortira le 4 octobre, elle défend le droit de choisir sa propre mort. Et elle y associe un devoir comme corollaire « penser à sa propre mort ».

Un livre dont elle souhaite que le lecteur s’empare pour le faire. À ce moment-là, elle ne sera plus là mais peu lui importe. Ce livre ce n’est pas pour elle qu’elle l’a écrit. Signalé par Valérie Di Chiappari

À écouter sur franceinter.fr

6 commentaires

  1. Fin de vie : « Que la loi française donne le choix à chacun »

    http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/fin-de-vie/fin-de-vie-que-la-loi-francaise-donne-le-choix-a-chacun_23155.html

    Article et Vidéo sur Allodocteurs.fr

  2. Quelle hypocrisie ! Professionnelle de santé ,l’euthanasie est pratiquée régulièrement en France , que ce soit au niveau hospitalier ou à domicile , afin d’abréger les derniers moments d’une personne agonisante . Pourquoi effectivement ne pas autoriser cet acte sur une personne dont on sait l’issue fatale et qui a encore la possibilité de faire un choix !

    • Eliane Charrier Bouillet

      Moi aussi ,j’ai connu des cas ou l’euthanasie a été pratiquée ,mais pourquoi pas la généraliser à ces cas incurables ? Je suis tout à fait d’accord avec Marie Pourquoi ne pas laisser la personne de choisir ?

  3. Eliane Charrier Bouillet

    Bonjour , je voudrais bien pouvoir faire comme Anne mais je n’aurais jamais la possibilité de choisir ma mort – a moins que quelqu’un ne le fasse à ma place et je les remercierais ¨pour moi ce serait un acte d’amour ¨; je ne sais pas du tout comment mon cas va évoluer ,mais je pense qu’il finira comme la maladie de Charcot….Merci et Bon Voyage….

  4. J’ai vécu dans mon enfance la déchéance physique de mon père qui a survécu quatre ans à partir du diagnostic de cette maladie. Je comprends et encourage la décision de Marie parce que la fin est horrible tant pour le malade que pour l’entourage. La mort fait partie de la vie mais certaines sont plus affreuses que d’autres. Vivement que la France prenne des dispositions pour légaliser l’euthanasie ; on se demande si les malades incurables ne sont pas considérés comme encore « rentables » pour les labos par exemple…

    Merci Marie, bon voyage

  5. Je validé et je compatis de tout cœur à la décision ultime de mettre fin à cette agonie….Mon mari atteint de cette maladie à mis fin à ses jours pas en Belgique hélas! mais à domicile en tirant à bout touchant une balle de revolver certes la loi Leoneti manque singulièrement de courage. Espérons que les témoignages fassent évoluer les prises de responsabilités
    Courage mais plus rien ne sera comme avant il est long le temps présent
    SimoneR

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*