Accueil » Emploi » Ressources » Une grande pétition pour défendre le pouvoir d’achat des personnes handicapées
Une grande pétition pour défendre le pouvoir d’achat des personnes handicapées
« Alors qu’Emmanuel Macron s’apprête à lancer, le 17 octobre, une concertation sur la lutte contre la pauvreté, ces mesures inadmissibles envoient un mauvais signal », insiste Alain Rochon, président de l'APF.

Une grande pétition pour défendre le pouvoir d’achat des personnes handicapées

Publié le 9 octobre 2017

Onze associations viennent de lancer une pétition demandant au gouvernement de supprimer les mesures qui vont impacter les ressources des personnes handicapées. À savoir : le gel du plafond pour les bénéficiaires de l’AAH en couple, la fusion des compléments de ressources et la suppression de la prime d’activité pour les pensionnés d’invalidité.

Côte pile, il y a l’augmentation de l’AAH annoncée, le 20 septembre, par Édouard Philippe. Côté face, « une stagnation voire un inadmissible recul du pouvoir d’achat pour 500 000 personnes en situation de handicap », dénoncent plusieurs associations* dans une pétition mise en ligne ce lundi 9 octobre.

La communication du gouvernement passe sous silence que la hausse de l’AAH ne va pas profiter aux allocataires en couple.

Le livret du pouvoir d’achat met en avant la hausse de l’AAH

La revalorisation de l’allocation adulte handicapé (AAH) figure en bonne place dans le livret du pouvoir d’achat. Un outil de communication réalisé par le ministère de l’Économie pour montrer « ce que le gouvernement fait pour votre pouvoir d’achat ». « Fin 2018, le montant de l’AAH augmentera de 50 € pour la porter à 860 €/mois puis de 40 € pour qu’elle atteigne 900 €/mois fin 2019 ! », insiste ainsi Bercy.

Pas un euro de plus pour 230 000 allocataires de l’AAH vivant en couple

Ce que ce livret ne précise pas, c’est que les personnes en couple ne vont pas du tout bénéficier du coup de pouce. Soit près d’un quart des allocataires : 230 000 sur 1 million. En effet, plus l’écart entre les ressources du foyer et le plafond maximal autorisé est important, plus l’AAH est élevée. Or, Bercy a décidé de geler ce plafond. Si les revenus de leur conjoint restent stables, le montant de l’AAH des allocataires en couple restera donc inchangé.

Le complément de ressources devrait disparaître

Par ailleurs, le gouvernement va profiter de cette revalorisation pour « fusionner en un seul » les deux compléments d’AAH, qui sont non cumulables et ont leurs propres critères d’attribution. « Dans une perspective de rationalisation, le complément de ressources [179,31 €] (…) disparaîtra à compter de 2019 au profit de la majoration pour la vie autonome [104,77 €] », précise le projet de loi de finances 2018.

« La garantie de ressources, qui est composée de l’AAH et du complément de ressources, était l’un des acquis majeurs de la loi de 2005, s’indigne Alain Rochon, le président de l’APF. Sa suppression serait inacceptable. »

Supprimé à l’occasion du renouvellement des droits ?

« Cette mesure de simplification entrera en vigueur progressivement pour préserver les droits des actuels bénéficiaires de ces compléments », assure le gouvernement. Ceux qui perçoivent aujourd’hui le complément de ressources continueraient donc à le percevoir. Mais il n’y aurait plus de nouveaux entrants.

Que se passera-t-il aussi lors de l’arrivée à échéance de leurs droits (le complément est attribué pour un nombre d’années, en même temps que l’AAH) ? « La question n’est pas encore tranchée, répond le cabinet de la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel. Le récent allongement de la durée d’attribution de l’AAH, jusque vingt ans, rend cette prestation plus durable. »

65 000 allocataires lésés

Pas de quoi rassurer les onze associations signataires de la pétition, inquiètes pour le sort réservé aux 65 000 allocataires de l’AAH percevant le complément de ressources. « Cette fusion entraînera au mieux un gain de pouvoir d’achat de 15 € par mois », soulignent-elles. Dans l’hypothèse la plus pessimiste, ils perdraient en effet 75 €, soit la différence entre le montant de la majoration pour la vie autonome (179,31 €) et celui du complément (104,77 €). L’AAH augmentant de 90 €, leurs ressources globales n’augmenteraient donc que de 15 €.

Les pensionnés d’invalidité en emploi sanctionnés

Mauvaise surprise aussi pour les pensionnés d’invalidité exerçant une activité professionnelle. D’un côté, le gouvernement claironne que la prime d’activité, versée aux travailleurs percevant de faibles ressources d’activité, va augmenter pour « tous les bénéficiaires ».

De l’autre, son projet de loi de finances 2018 contient une mesure qui va en priver les titulaires d’une pension, d’une rente d’invalidité ou d’une rente accident du travail-maladie professionnelle. Le montant moyen de cette prime s’élève à 158 euros par foyer bénéficiaire. 250 000 pensionnés d’invalidité sont potentiellement concernés.

La une du quotidien Le Monde, dimanche 8 octobre.

Le président des riches doit donner des gages

« Alors qu’Emmanuel Macron s’apprête à lancer, lors de la journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre, une concertation sur la lutte contre la pauvreté, ces mesures inadmissibles envoient un mauvais signal », souligne Alain Rochon.

« Il n’est pas trop tard pour amener le gouvernement à revoir sa copie, ajoute Arnaud De Brocca, le secrétaire général de la Fnath. Il aurait tout intérêt à montrer que son premier budget ne va pas profiter qu’aux riches. Nos associations vont travailler à convaincre parlementaires et ministères. Et une forte mobilisation sur la pétition constituerait un argument supplémentaire. » Alors, une signature pour rendre au gouvernement la monnaie de sa pièce ? Franck Seuret

(1) AFM-Téléthon, Aides, APF, CFPSAA, FFAIMC, Fnath, GIHP, Santé Mentale France, Unafam, Unapei, Uniopss.

Le coup de bâton de la CSG

Pour doper le pouvoir d’achat des salariés, le gouvernement va baisser les cotisations sociales à leur charge. En contrepartie, la CSG, qui s’applique sur tous les revenus, va augmenter d’1,7 point. Les citoyens assujettis à la CSG mais ne payant pas de cotisations salariales vont donc voir leur pouvoir d’achat baisser. Parmi eux :

– les aidants : la CSG sur le dédommagement va passer de 8,2 à 9,9%. 

– les pensionnés d’invalidité : le taux normal de la CSG sur les pensions, applicable aux contribuables dont le revenu fiscal de référence est supérieur à 1 200 € par mois, va passer de 6,6 à 8,3 %.

12 commentaires

  1. je signe en faveur des handicapes

  2. J’ai signé !
    Bravo pour cette pétition !
    Il était temps que les association se bougent concrètement.
    Et il faut aller encore plus loin :
    – AAH au dessus seuil de pauvreté immédiatement, et basculement vers un revenu d’existence sans limite d’age
    – Fin de la prise en compte des revenus du conjoint
    – AAH perçue après l’age de la retraite pour tous les bénéficiaires, pas seulement ceux à plus de 80%

  3. Je signe des deux mains

  4. C’est pas normal je touche que 430 euros par mois je suis à 70 pourcentage je devrais au moins toucher 900 euro

  5. Je signe des deux mains

  6. Merci pour cette pétition, les handicapés ne sont pas assez représentés! Pas de syndicats, pas de personnalités connues … !!!
    On parle toujours des revenus des conjoints mais jamais des pensions alimentaires perçues pour les enfants qui entrent dans le calcul de l’aah des parents isolés! C’est inadmissible .
    On m’a réduit mon aah de 160 euros parce que mon fils à charge qui perçoit une pension alimentaire vient d’avoir 20 ans! Il est étudiant et vit encore chez moi et heureusement puisqu’il m’aide à survivre au quotidien.
    Je dis non à la prise en compte des pensions alimentaires destinées aux enfants.

  7. BOUSSUGES Christine

    Les personnes en état de handicap ne doivent pas subir les mesures du gouvernement qui leur sont défavorables

  8. Bravo pour cette initiative!!

  9. J ai signe moi aussi en espérant que Mr Macron le président va prendre notre demande en considération !!!moi qui avait voter Macron je suis déçue ! Veuillez signer tous la pétition !!!!

  10. C’est quoi cette discrimination qu’on peut pas tolérer, comme ne pas pouvoir toucher de prime d’activité en étant un travailleur handicapé, ds un pays soit disant démocratique

  11. Bonsoir pourriez vous dans vos rapports parler aussi des pensions d’invalidité qui sont très très bn mince.c’est vraiment scandaleux.25 ans de travail et seulement 600€ par mois.

  12. Je suis en couple si il modifie le complément de ressource de 179 qu’ il se mets dans le culvc est 90 euro ca ne change rien pour moi

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*