Accueil » Arrêt sur la toile » Brain Invaders, un jeu vidéo commandé par le cerveau
Brain Invaders, un jeu vidéo commandé par le cerveau
Le jeu vidéo Space Invaders a inspiré Brain Invaders. Différences : ce dernier n'est pas encore commercialisé et se pilote à la seule force de la concentration.

Brain Invaders, un jeu vidéo commandé par le cerveau

Publié le 1 décembre 2017

Les journalistes du Parisien ont essayé un jeu vidéo dans lequel un casque remplace la manette, le joystick, la souris ou autre clavier. Inventé par le CNRS, il offre d’intéressantes perspectives en termes d’applications médicales pour les personnes paralysées.

Inspiré du fameux Space Invaders, et au nom très proche, Brain Invaders se pilote à la seule force de la concentration. Ce jeu vidéo ne se contente pas d’être ludique. Il constitue aussi une innovation scientifique mise au point par un laboratoire du CNRS, le Gipsa-lab* à Grenoble (Isère).

Sa particularité : ne nécessiter aucun autre équipement, hormis un casque. Mais un casque bardé d’électrodes, de sorte à capter et analyser les ondes électriques émises par le cerveau. Il suffit, du coup, de fixer des yeux les envahisseurs pour les faire exploser

Une interface cerveau-machine comme aide à la communication

Développé depuis 2011, ce jeu n’est pas encore commercialisé. Il continue, en attendant, de nourrir les recherches. Notamment au profit des personnes très lourdement handicapées. « En adaptant très légèrement notre système, on peut imaginer que cette interface cerveau-machine puisse permettre à une personne privée de l’usage de ses membres et de la parole, de communiquer avec ses proches en écrivant des messages sur un écran à la seule force de sa concentration », a déclaré Marco Congedo, qui pilote l’équipe de chercheurs à l’origine de Brain Invaders. Signalé par Élise Jeanne

À lire sur Le Parisien.

*Le fruit des recherches menées au Gipsa-lab sont en accès libre et gratuit sur Internet.

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*