Accueil » Vie Sociale » Culture/Loisirs » Prix Handi-livres 2017 : le handicap dans tous ses états
Prix Handi-livres 2017 : le handicap dans tous ses états
« Si cette épreuve m’a fait grandir et progresser, c’est grâce aux rencontres qu’elle m’a offertes », témoigne Grand Corps Malade à la fin de Patients, mention spéciale du jury d'Handi-Livres 2017.

Prix Handi-livres 2017 : le handicap dans tous ses états

Publié le 5 décembre 2017

Sous la responsabilité d’Axel Kahn, président du Jury, le palmarès de la 12e édition du prix Handi-Livres a été dévoilé lundi 4 décembre au centre Georges Pompidou, à Paris. Une mise en avant de différents types de handicap. Avec une mention spéciale pour Patients, le livre de Grand Corps malade réédité début 2017 à l’occasion de son film éponyme.

Suite à l’appel à candidature lancé en mars 2017 par le Fonds Handicap & Société pour l’édition 2017 du Prix Handi-livres, près de 110 ouvrages ont été présentés. Trente ont au final concouru dans les six catégories du prix (+ 1 mention spéciale du jury).
De ce palmarès, on retiendra dans la catégorie guide : Danse et handicap (visuel, auditif, moteur) d’André Fertier édité par le Centre national de la danse). Cet ouvrage a pour objectif d’accompagner les enseignants et tous les professionnels de la danse dans une démarche d’accessibilité des œuvres, du patrimoine chorégraphique, de la pratique de la danse dans sa diversité.
Nous avons chroniqué deux livres de ce palmarès dans les pages Du côté des livres du bimestriel Faire Face. Nous vous proposons de les (re)découvrir.

• Catégorie Mention spéciale

Patients de Grand Corps Malade. Éditions Points (2017). 

Il avait déjà évoqué son histoire sur son premier album : « Alors j’ai découvert de l’intérieur un monde parallèle. Un monde où les gens te regardent avec gêne ou avec compassion. Un monde où être autonome devient un objectif irréel. Un monde qui existait sans que j’y fasse vraiment attention. » Quinze ans après le plongeon qui l’a laissé tétraplégique incomplet, Grand Corps Malade laisse remonter les souvenirs à la surface.

Dans un livre pudique mais cash, avec cette justesse de ton qui a contribué à son succès, doublée d’une salutaire dose d’humour noir, il raconte le quotidien d’un centre de rééducation. Il se remémore le choc pour un gamin de presque vingt piges de se retrouver cloué dans un lit, dépendant pour le moindre geste de la vie quotidienne : manger, se laver, aller aux toilettes ou zapper !

De cette année où il va récupérer progressivement l’usage de ses membres, il a choisi de ne rien édulcorer. Le temps n’a balayé ni les moments de solitude et de profond ennui, ni la souffrance, ni le manque de considération de certains soignants. Mais pas question de s’apitoyer… Laissant parler son optimisme, le slameur choisit de faire la part belle aux anecdotes les plus drôles et aux échanges partagés avec ses compagnons de galère. Car, comme il l’avoue à la fin de ce témoignage : « Si cette épreuve m’a fait grandir et progresser, c’est grâce aux rencontres qu’elle m’a offertes. »

• Catégorie Biographie

Le malaise d’Hippocrate de Marie Sey. Éditions Chapitre.com (2016).

Étonnant livre que ce témoignage percutant d’une femme atteinte de la maladie de Charcot à l’âge de 48 ans, publié à titre posthume. Marie Sey a rédigé les premiers chapitres normalement, puis avec la main fixée sur la souris de l’ordinateur. Vers la fin de sa vie, en 2001, elle a dicté les derniers passages en clignant des yeux pour valider chaque lettre sur un alphabet montré par une amie. Avec une sensibilité et une âpreté exacerbées par l’altération progressive de son corps, cette professeure de lettres livre un texte bouleversant parsemé de saillies percutantes notamment sur les relations soignant-soigné.

Le reste du palmarès du Prix Handi-livres 2017 (Livre jeunesse enfant, Jeunesse Adolescent,  Livre adapté et Roman ) est à découvrir sur le site du Fonds Handicap & SociétéClaudine Colozzi

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*