Accueil » Emploi » Publi – Emploi et handicap : l’Agefiph engagée dans l’accès au diplôme d’ingénieur informaticien
Publi – Emploi et handicap : l’Agefiph engagée dans l’accès au diplôme d’ingénieur informaticien
En janvier 2019, à l’issue de deux années de formation en alternance au sein du dispositif HUGO porté par l'Agefiph, Anne Perrault sera ingénieure informaticienne en titre.© Emmanuel Braun

Publi – Emploi et handicap : l’Agefiph engagée dans l’accès au diplôme d’ingénieur informaticien

Publié le 22 mars 2018

Les entreprises du numérique recrutent. Mais peu pensent aux personnes handicapées. Pourtant, c’est possible grâce au dispositif HUGO porté par l’Agefiph.

À 40 ans, Anne Perrault, malvoyante, a derrière elle une expérience professionnelle certaine, une solide formation en informatique et un bachelor en développement mobile. Mais elle n’a pas le diplôme d’ingénieur et sait le frein à l’embauche que cela représente.

En janvier 2019, à l’issue de deux années de formation en alternance, au sein du dispositif HUGO porté par l’Agefiph, elle sera ingénieure informaticienne en titre. « C’est une chance énorme ! C’est un rythme de travail intense, mais si c’était à refaire, je le referais. Pour ne plus me voir refuser un poste parce que je n’ai pas le diplôme d’ingénieur. »

L’Agefiph et des entreprises œuvrent ensemble

HUGO, pour “Handi U GO” est un “programme collaboratif” conçu par l’Agefiph en partenariat avec de grandes entreprises hexagonales. À savoir : Atos, DCNS, ERDF, Capgemini, CGI, Sogeti, la FDJ, SAP, SII, SCP, Somei, ST et Gemalto.

Le programme affiche deux objectifs. D’abord, permettre à des personnes handicapées de suivre, en alternance, une formation d’ingénieur en informatique durant deux ans à Polytech Marseille. Ensuite, permettre aux entreprises de pouvoir recruter, notamment, des concepteurs et développeurs software et des ingénieurs-développeurs informatiques.

La première promotion de onze personnes a démarré en janvier 2017. Anne Perrault en fait partie. « Pour moi, les études d’ingénieur représentaient un très haut niveau, un peu hors de portée, je pensais qu’il fallait être issue d’une filière scientifique, ce qui n’était pas mon cas. »

Du sur-mesure pour chaque candidat

Pourtant, en recherche d’emploi, elle a été contactée par Gemalto, société spécialisée dans la sécurité informatique. Celle-ci lui a proposé d’entrer dans le dispositif HUGO. Ayant passé avec succès des tests à l’université d’Aix-Marseille et au vu de son expérience professionnelle en informatique, Anne Perrault a été autorisée à intégrer la formation d’ingénieur de Polytech au niveau de la 3e année du cursus standard.

« Dans le système HUGO, les trois dernières années du cursus sont condensées en deux ans, le rythme de travail est donc très intense. Mais l’équipe pédagogique est très compréhensive, à l’écoute de chacun. J’ai à ma disposition de grands écrans et les professeurs écrivent très gros. Ce n’est pas simple pour eux car ils doivent prendre en compte le handicap de chacun. La formation est très enrichissante pour nous mais elle l’est pour eux aussi, je pense. Chez Gemalto, je travaille également sur de grands écrans et j’ai une équipe à mon écoute. Les conditions sont très bonnes. »

 

En savoir plus sur

 

Un commentaire

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*