21/12/2011

Les marges et les frais de gestion des complémentaires santé augmentent, au détriment des assurés

1158314_nurse_1.jpg

Les assurances complémentaires santé se portent bien. Merci pour elles ! Selon l’UFC-Que choisir, qui a analysé le rapport que vient de rendre public l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) sur leur situation financière en 2010, le résultat technique du secteur (c’est-à-dire la différence entre les ressources et les dépenses) a bondi de 25 % en un an, pour atteindre 373 millions d’euros.

« Mais la rentabilité accrue ne provient absolument pas d’une plus grande efficacité dans la gestion », regrette l’association de consommateurs. Les frais des complémentaires santé ont en effet augmenté plus rapidement que les prestations versées (+ 5,64 % contre + 4,25 %). En moyenne, près d’un euro de cotisation sur quatre est ainsi consacré aux dépenses de fonctionnement et de communication, qui représentent 7,3 milliards d'euros. Ce qui explique donc l'amélioration de leur santé financière, c'est l'augmentation du volume des cotisations : « Entre frais hors de contrôle et marges en hausse, 30 % des cotisations nouvelles ont été absorbés par les organismes complémentaires à leur seul profit. »


Les tarifs vont augmenter en 2012

Les opérateurs sans but lucratif (mutuelles et institutions de prévoyance) ponctionnent en moyenne moins leurs assurés que les sociétés d’assurance. Si leurs frais d’administration sont plus élevés (12,85 % contre 8,59 %), elles consacrent beaucoup moins d’argent aux frais d’acquisition et de communication (5,55 % contre 16,42 %).

« Profondément attachée à la mise à disposition des consommateurs d’une information pertinente pour des choix éclairés », l’UFC demande à nouveau la communication, par chaque organisme, de son taux de redistribution des cotisations, c’est-à-dire de la part des cotisations reversée aux assurés sous forme de prestations.

Ces critiques interviennent alors que les tarifs devraient augmenter en 2012, en particulier en raison de l'alourdissement, de 3,5 à 7 %, de la taxe sur les conventions d'assurance (TSCA). Franck Seuret - Photo DR

 

Commentaires

Afin qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, ceci est vrai pour les Stés D'ASSURANCE en complémentaires santé, Stés DE CAPITAUX relevant du "Code des asurances" et reversant des dividendes aux actionnaires.
Mais il ne faut pas assimiler avec les entreprises mutualistes, entreprises de personnes relevant du "Code la mutualité", qui couvrent aujourd'hui 38 millions de personnes en France et qui par définition ne sont pas des entreprises de profits et dont tous les adhérents sont statutairement acteurs.
Les comptes des Mutuelles sont publiés à tous les adhérents.

Écrit par : PLOSKA | 21/12/2011

Les complémentaires santé, organismes mutualistes dans le nom, certes, ne sont guère mieux, en tous les cas pour certaines des plus grandes d'entre elles, que les assureurs !
Pire, sous des valeurs affichées de solidarité et d'entraide, elles n'ont plus grand chose de mutualiste au sens noble du terme : ce n'est qu'une simple tromperie sur la marchandise ! Au moins, les assureurs assument leurs objectifs.

Dans un contexte de fusions accélérées, certaines grosses mutuelles nationales n'ont rien à envier aux grandes entreprises capitalistes dans leur fonctionnement. Elles sont exactement pareil : j'y ai travaillé, j'en suis parti pour ces raisons. Plus aucune valeur humaniste, si ce n'est celles honteusement écrites sous le logo.

J'ai vu ces centaines de milliers d'euros gâchés pour strictement rien, j'ai vu ces frais de fonctionnements exorbitants pour payer des pseudos cadres qui se baladent en avion et train 1ère classe à tout bout de champ, mais qui sont d'une incompétence déconcertante, ces séminaires luxueux, etc. Et tout ça sur le dos des cotisants qui se saignent pour se payer une complémentaire santé de plus en plus onéreuse.

Alors qu'on cesse de tout mettre sur le seul dos du désengagement de l'état (qui n'en est pour autant pas moins lamentable) : il y aurait déjà beaucoup à faire en interne chez certaines mutuelles.

Écrit par : Juliette O. | 22/01/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.