Accueil > Éducation > Éducation et handicap : le Centre d’analyse stratégique au chevet des élèves handicapés

Éducation et handicap : le Centre d’analyse stratégique au chevet des élèves handicapés

Dans une note sur « la scolarisation des enfants en situation de handicap dans les pays européens », rendue publique hier, le Centre d’analyse stratégique (CAS) formule des propositions pour améliorer l’inclusion scolaire en France. Rien de révolutionnaire.

Il faut dire qu’en allant chercher l’inspiration chez nos voisins européens, les experts du Centre d’analyse stratégique -institution d’aide à la décision placée auprès du Premier ministre- sont tombés sur un os : comment savoir si un mode de scolarisation est meilleur qu’un autre en l’absence de données statistiques sur la réussite des élèves concernés et si, de surcroît, les pays de l’Union ne partagent pas la même définition du handicap ?

Dans sa note, le CAS dresse néanmoins la liste de problématiques communes à la plupart des pays européens engagés, à l’instar de la France, dans un processus d’inclusion scolaire en milieu ordinaire des élèves en situation de handicap. « L’ensemble des pays se heurte à un fort abandon de la scolarisation au-delà de l’âge obligatoire », observent ainsi les experts.

Une constante européenne : le manque de formation des enseignants

Autre mal fort répandu dans les écoles d’Europe accueillant des jeunes en situation de handicap : le manque de formation des enseignants et des assistants d’éducation, à la seule exception notable de l’Italie où les accompagnants sont de véritables enseignants ayant suivi une formation spécialisée*. La France, au contraire, « se caractérise par un niveau de qualification faible, une absence de formation spécifique et une certaine précarité ».

Le CAS préconise donc d’améliorer les dispositifs de formation initiale et continue des enseignants, de mieux définir les compétences et le statut des personnels d’accompagnement (AVS), de renforcer la coordination entre les MDPH et les établissements scolaires qui travaillent autour du projet personnalisé de l’élève (le PPS, qui est, dans les faits, rarement mis en place) ou encore d’instaurer un système d’évaluation des performances des élèves en situation de handicap. Autant de propositions déjà avancées à de multiples reprises dans de nombreux rapports ces dernières années et toujours pas suivies d’effets.

Le 5 juillet 2012, Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation nationale a lancé la concertation sur « la refondation de l’école de la République et la scolarisation des élèves en situation de handicap ». Concernant l’accompagnement des élèves en situation de handicap, le groupe de travail qui planche sur le sujet doit rendre son rapport en mars. Enfin du concret pour les familles, les élèves et les professionnels concernés ? À suivre… Aurélia Sevestre – Photo Karine Lhémon

A propos de Valérie Dichiappari

Valérie Dichiappari
Rédactrice en chef.

Lire aussi

Harcèlement scolaire : les enfants handicapés victimes de leur vulnérabilité physique

Le 5 novembre est la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire. Environ un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial