Accueil > Vie Sociale > Records et handicaps : une indienne amputée au sommet de l’Everest

Records et handicaps : une indienne amputée au sommet de l’Everest

Soixante ans après la première conquête de l’Everest (en 1953 par Edmond Hillary et Tenzing Norgay), une jeune Indienne vient de graver son nom dans le livre d’histoire de ce sommet devenu le théâtre de tous les records : Arunima Sinha, 26 ans, restera dans les annales comme la première amputée à avoir atteint le plus haut sommet du monde (8 848 m).

En 2011, cette ancienne volleyeuse de niveau national, aujourd’hui équipée d’une prothèse, a été poussée d’un train en marche par des voleurs alors qu’elle se débattait pour ne pas se faire arracher son sac. Un train, venant en sens inverse, lui a sectionné la jambe gauche. Les médecins ont dû l’amputer au niveau du genou pour lui sauver la vie. « À cette époque-là, tout le monde s’inquiétait pour moi. J’ai alors réalisé que je devais faire quelque chose dans ma vie pour que les gens arrêtent de me regarder avec pitié », a expliqué Arunima Sinha lors d’une émission télévisée avant son départ pour l’Everest.

Pour cet exploit, elle a été entraînée par Asian Trekking. « Nous connaissions son histoire, nous savions qu’elle avait bien récupéré de son amputation parce que c’est une athlète très active », a témoigné Ang Tshering Sherpa, le fondateur de cette agence qui organise expéditions et trekkings en montagne et qui a été aux manettes de l’ascension d’Arumina. Ascension sponsorisée par la Fondation Tata Steel Adventure.
Avant Arumina Sinha, un alpiniste britannique, Tom Whittaker, fut la première personne atteinte d’un handicap à vaincre l’Everest. C’était en 1998. L’homme avait été amputé d’un pied à la suite d’un accident de voiture vingt ans plus tôt.

Quant à la première femme à avoir accédé au sommet de cette montagne mythique, il s’agit d’une Japonaise : Junko Tabei en 1975.

Élise Jeanne

A propos de arichard

Avatar

Lire aussi

Aborder la Sep avec son enfant grâce à RobotBox

Coffret d’apprentissage numérique, RobotBox se destine aux enfants dont l’un des parents souffre de sclérose …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial