Accueil > Vie Sociale > Handicap international : quand l’art contemporain se démultiplie en faveur de l’humanitaire

Handicap international : quand l’art contemporain se démultiplie en faveur de l’humanitaire

Daniel Buren, William Klein, Michanlangelo Pistolletto… : la vente-exposition « Artistes du monde pour Handicap international » qui se tient, du 19 au 30 juin, à l’Orangerie du Sénat propose un plateau international de choix. Et constitue surtout le point d’orgue d’une opération originale lancée dès 2010 au profit des actions que l’association mène dans quelque 60 pays à travers le monde. Trois questions à Jean-Marc Boivin, le directeur général France de l’association (photo ci-contre).

jean marc boivin handicap internationalFaire Face : Comment l’exposition-vente « Artistes du monde pour Handicap international » a-t-elle été rendue possible ?

Jean-Marc Boivin : Cette exposition-vente est un événement pour deux raisons : elle intervient à l’occasion des 30 ans de notre association et réunit pour la première fois les 23 artistes qui ont accepté de participer à une opération lancée dès 2010. Elle résulte en effet de l’initiative conjointe de trois personnalités liées au monde l’art : Harry Jancovici, éditeur d’art, Philippe Cardinal, directeur de la communication de l’Institut du monde arabe et Francis Delille, galeriste. Chacun a ouvert son carnet d’adresses en notre faveur, de façon à solliciter la générosité d’artistes contemporains parmi les plus célèbres au monde.

FF : En quoi les œuvres proposées sont-elles spécifiques ?

J-M.B : Il s’agit d’éditions en plusieurs exemplaires (entre trois et cent) d’une œuvre originale créée spécialement pour l’occasion. Évidemment, les prix s’en trouvent beaucoup plus accessibles que pour des pièces uniques. Par ailleurs, notre exposition-vente propose une diversité de médiums : aussi bien des sérigraphies (Julian Schnabel, Jean-Marc Bustamente, etc.) et des lithographies (Yan Pei Ming, Giuseppe Penone, etc.) que des tirages photographiques (Jeff Wall, Peter Lindbergh,etc.). Sans oublier la sculpture, avec notamment une série de 100 vases en céramique de Daniel Buren.

FF : Comment l’argent récolté sera-t-il utilisé ?

J-M.B : Les ventes enregistrées avant l’exposition ont déjà rapporté environ 250 000 euros. Et, grâce à cette exposition-vente, nous en espérons 100 000 de plus. Cet argent n’est pas affecté à un projet en particulier. Active dans 61 pays, notre association mène des actions globales. Cet argent permettra donc de financer aussi bien la promotion des droits des personnes en situation de handicap que les programmes d’éducation à la prévention des accidents par mines, les campagnes de réadaptation (appareillage, rééducation) que les interventions en urgence lors de conflits ou de catastrophes naturelles.

Propos recueillis par Bastien Gari – Photo Jean-Marc Boivin © Handicap international

Informations pratiques : L’Orangerie du Sénat – 19 bis, rue de Vaugirard – 75006 Paris – Tous les jours de 11h à 19h

Catalogue : à regarder ICI

A propos de arichard

Avatar

Lire aussi

Lincoln, à la recherche du Bone Collector [TF1] : un Sherlock Holmes tétraplégique

Inspirée d’un film sorti en 2000 en France, Lincoln : à la poursuite du Bone …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial