Accueil > Santé > Recherche/Sciences > Régénérer les neurones à l’aide d’hydrogels et de cellules souches : une piste prometteuse pour le traitement des AVC et des maladies neurodégénératives

Régénérer les neurones à l’aide d’hydrogels et de cellules souches : une piste prometteuse pour le traitement des AVC et des maladies neurodégénératives

En l’absence de traitement efficace contre les lésions cérébrales, beaucoup d’espoirs reposent sur les recherches scientifiques. Parmi elles, celles conduites par Rachel Auzély, professeure à l’Université Joseph Fourier de Grenoble et responsable de l’équipe « Structure et modifications des polysaccharides » au CERMAV-CNRS ( voir photo).

Elles portent sur la régénération des tissus cérébraux à l’aide de cellules souches neurales, qui prolifèrent à l’infini et que l’on sait capables de réparer les lésions du cerveau. Problème : dans les zones lésées, la matrice, nécessaire à ces cellules pour s’organiser, se reproduire et se différencier, n’existe plus.

Comment recréer ce support ? En mimant cet environnement particulier artificiellement, plus précisément en fabriquant en laboratoire un hydrogel biocompatible et bio-actif à base d’un polymère naturel, l’acide hyaluronique (bien connu, par ailleurs, pour être utilisé en cosmétique et dans les prothèses du genou et qui pourrait même servir dans le traitement du cancer). Rachel Auzély et son équipe de chimistes, spécialisés dans les glyco-sciences, vont s’employer à tester différentes formules en vue de déterminer celle à même de favoriser au mieux la transformation de cellules souches neurales en neurones fonctionnels et d’être aisément reproductible. Ensuite, il faudra encore déterminer comment réinjecter ce gel dans les zones lésées afin que les neurones continuent à se développer et réparent connexions et lésions.


Pour ces travaux, Rachel Auzély a reçu le Prix Fondation BNP Paribas de l’Innovation Scientifique 2013. D’un montant de 230 000 euros sur trois ans, celui-ci va lui permettre de financer deux postes, un doctorant et un ingénieur, et d’acquérir du matériel. Elle se donne trois ans pour mettre au point le meilleur gel qui soit, commencer alors des essais sur des modèles animaux et, à terme, sur l’homme en collaboration avec Clinatec, un laboratoire de recherche translationnelle pour les applications en nanotechnologie pour la santé. Élise Jeanne – Photo DR

 

A propos de Axelle Minet

Avatar

Lire aussi

Nouvelles technologies : des oreillettes à l’écoute du cerveau

Avec des capteurs intégrés dans des écouteurs, la start-up Naox technologies veut faciliter l’usage de …

Un commentaire

  1. Avatar

    Victime d un terrible A V C voici cinq ans j ai a peu près tout récupère sauf equilibre encore instable je me tiens debout mais ne peux marcher sans cannes les cellules souche peuvent elles m aider ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial