Accueil > Vie affective et sexuelle > Sexualité et handicaps : l’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (Appas) ouvre son site

Sexualité et handicaps : l’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (Appas) ouvre son site

Le 8 décembre, l’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (Appas) a ouvert son site. La mission de l’association ? Faire entendre la voix des personnes handicapées qui souffrent d’isolement affectif et sexuel, leur permettre d’accéder à l’expérience de l’exploration et de la découverte de leur corporéité à travers l’écoute, le toucher, les massages, les caresses et, si ce sont leur choix et leur demande, par le biais de l’accompagnement sexuel. Au premier semestre 2014, elle créera un site de mise en relation.

La loi contre le système prostitutionnel adoptée le 4 décembre 2013 en première lecture par l’Assemblée nationale prévoit la pénalisation de clients de la prostitution. Pour autant, l’Appas ne renoncera pas à ses objectifs, notamment à la mise en œuvre et à la reconnaissance de l’accompagnement sexuel en France.

Prises de risques assumées

« Ce faisant, l’association est tout à fait consciente des risques encourus en se mettant sciemment en porte-à-faux avec une loi anti-prostitutionnelle désormais encore plus répressive, souligne Marcel Nuss, son président. Aujourd’hui, non seulement l’Appas peut être condamnée pour proxénétisme en créant un site de mise en relation mais, bien plus grave, les personnes en situation de handicap qui bénéficieront d’un accompagnement sexuel pourront être pénalisées, comme tout(e) client(e) d’un travailleur ou d’une travailleuse sexuel(le) et donc acquitter une amende allant de 1 500 à 3 750 €, alors que la plupart d’entre elles vivent avec moins de 800 € par mois, sont coupées de leur corporéité et réduites à une grande précarité affective et sociale. »

L’Appas refuse clairement ce qu’elle nomme un « diktat liberticide et inhumain ». Il ne s’agit pas pour elle d’être pour ou contre la prostitution mais de « défendre farouchement le respect du droit-liberté incluant, entre autres, le droit de disposer de son corps tant que cela se fait librement, volontairement et de manière consensuelle. Et de permettre aux personnes en situation de handicap dans l’incapacité d’accéder seules à la sexualité de pouvoir être accompagnées de manière sûre et respectueuse. »

Des formations prévues au printemps

Par conséquent, par le truchement de son président, l’Appas va continuer à œuvrer aux côtés de toutes celles et ceux qui la soutiennent afin que l’accompagnement sexuel devienne, au plus vite, une réalité en France. Elle prépare des formations pour les postulant(e)s à l’accompagnement sexuel qui devraient débuter au printemps 2014 ainsi qu’une formation continue pour les professionnel(le)s du soin et de l’accompagnement. Son partenariat avec le Syndicat du travail sexuel (Strass) se concrétise par l’engagement personnel de certain(e)s de ses membres sur le terrain. Un groupe d’accompagnant(e)s sexuel(le)s se constitue autour de l’association avec l’objectif d’être présent sur tout le territoire et de n’exclure aucune orientation sexuelle. Courant janvier 2014, l’association proposera une charte éthique à tous les adhérents et soutiens de l’association.

Katia Rouff

A propos de arichard

Lire aussi

Fleuve noir : derrière le polar, les violences sexuelles envers les personnes handicapées mentales

Dans Fleuve noir d’Érick Zonca, à l’affiche depuis mercredi 18 juillet, il y a une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *