Accueil > J'ai regardé pour vous > Le nouveau film de Nils Tavernier ce mercredi sur les écrans : Force en présence

Le nouveau film de Nils Tavernier ce mercredi sur les écrans : Force en présence

de-toutes-nos-forces-affiche-De toutes nos Forces, le nouveau film de Nils Tavernier, en salles ce 26 mars, raconte l’histoire d’un adolescent paraplégique qui persuade son père de participer avec lui au triathlon Ironman de Nice.

Un long-métrage convaincant par la qualité du regard posé sur le handicap et surtout la performance de Fabien Héraud, jeune infirme moteur cérébral.

Entre un père absent , Jacques Gamblin, crédible et très émouvant, qui fuit le handicap de son fils atteint d’infirmité motrice cérébrale et une mère aimante mais un peu étouffante, Alexandra Lamy, Julien, 18 ans, joué par Fabien Héraud, a du mal à trouver sa place. Mais il a un projet : participer, avec son père, à l’Ironman, un triathlon longue distance où il faut enchaîner 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42 km de course à pied. Un défi sportif et une belle occasion de reconquérir sa place de fils.

Limites dépassées, personnalités révélées

Ce sont ces retrouvailles à travers le sport qui provoquent les plus belles scènes du film. Moments de griserie partagée où la caméra suit le duo à vélo, lâché à tout berzingue dans les virages de montagne. Chacun de son côté va chercher à dépasser ses limites et se révéler à l’autre dans cet effort conjoint.

Sans être un grand film, De toutes nos Forces, inspiré de l’histoire vraie de Ricks et Dick Hoyt, touche par la justesse des situations. Il montre combien la dépendance physique d’un enfant peut envahir le quotidien d’un couple. Comment confrontée au handicap, une famille peut manquer d’imploser ou, au contraire, se révéler à elle-même.

Dans cette fiction, le regard de Nils Tavernier se nourrit de son travail précédent, un documentaire intitulé Et après, docteur ?… Et après ? sur l’annonce aux parents du handicap de leur enfant. Il saisit la pudeur des sentiments à travers les attentions d’une mère, la maladresse d’un père, ces mille et une manières de se dire « Je t’aime » sans jamais prononcer les mots. Il suit aussi l’histoire d’une émancipation, celle d’un jeune homme qui prend sa vie en main, en décidant de faire exploser le carcan dans lequel le handicap l’enferme.

de toutes nos forces 2Fabien Héraud, mélange de naïveté et de gravité

La révélation de De toutes nos Forces, c’est ce jeune homme brun, à l’immense sourire et au regard pétillant. Originaire de Loire-Atlantique, Fabien Héraud, 20 ans, est vraiment infirme moteur cérébral. Et ce n’est pas tous les jours qu’un réalisateur confie à une personne en situation de handicap un rôle où elle doit interpréter une personne handicapée.

À l’écran, le résultat est saisissant tant Fabien Héraud (lire son interview) illumine les scènes par son mélange de naïveté et de gravité. Ce premier rôle, il le doit en partie à son kiné qui l’a poussé à se présenter au casting. Il choisit alors d’envoyer un clip tourné avec une bande de copains. Nils Tavernier, qui peine à trouver son personnage, décide de faire un essai filmé puis de donner sa chance à cet acteur débutant.

Un tournage éprouvant pour Fabien qui a dû notamment beaucoup travailler son phrasé et sa prononciation. Les scènes sportives, en dehors de son fauteuil électrique ainsi que l’attente entre les prises ont accru sa fatigabilité. De retour dans son lycée nantais, il a décidé de passer le bac et de trouver les fonds pour s’acheter une voiture adaptée. La tête encore pleine des souvenirs de cette belle aventure et les roues bien ancrées dans la réalité. Texte Claudine Colozzi – Photos Guy Ferrandis

A propos de Valérie Dichiappari

Lire aussi

Marche ou crève : quand le handicap s’immisce dans la fratrie

Inspirée de la vie de la réalisatrice Margaux Bonhomme, Marche ou crève, premier long-métrage, met …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *