Le gouvernement incapable d’augmenter les pensions d’invalidité

Publié le 29 avril 2014 par Axelle Minet

Économiser 50 milliards d’euros et transformer les bénéficiaires de pensions d’invalidité en dindons d’une farce cuisinée à « la sauce austérité ». Le plan d’économies, soumis au vote de l’Assemblée nationale ce mardi 29 avril, confirme bien le gel des pensions d’invalidité, comme l’annonçait le Premier ministre, le 16 avril, en présentant ce train de mesures.

Pas d’augmentation des pensions d’invalidité pendant au moins 18 mois

Entre les deux dates, la fronde de certains députés socialistes a amené Manuel Valls à revoir, en partie, sa copie. Mais pas sur les pensions d’invalidité ni sur l’allocation supplémentaire d’invalidité, versée en complément aux pensionnés percevant moins de 702 € par mois : elles resteront stables jusqu’en octobre 2015 alors qu’elles sont normalement revalorisées chaque année en avril (+0,6 % au 1er avril 2014, soit le rythme d’inflation annuel).

Un coup de pouce à certaines prestations sociales mais pas aux pensions d’invalidité

Manuel Valls avait initialement décidé de bloquer la revalorisation de toutes les prestations sociales pendant un an. Y compris, les pensions de retraite, à l’exception de celles inférieures au minimum vieillesse (792 €). Il a finalement consenti à ce que l’ensemble des pensions de retraite jusqu’à 1 200 € soient épargnées.

Quant au RSA, il augmentera de 2 % le 1er septembre 2014 et non en septembre 2015, comme annoncé par le Premier ministre. Le complément familial, versé aux familles nombreuses les plus pauvres, et l’allocation de soutien familial, pour les parents isolés, vont, eux aussi, bénéficier d’un coup de pouce immédiat. Mais le gel des pensions d’invalidité n’a, lui, pas été levé.

Le montant moyen d’une pension d’invalidité est inférieur de 15 % à l’AAH

Leurs 550 000 bénéficiaires, des personnes dont la capacité de travail est réduite d’au moins deux tiers, ne roulent pourtant pas sur l’or. Si le montant maximum d’une pension d’invalidité s’élève à 1 564 €, son montant moyen n’est que de 665 €. Soit 15 % de moins que l’allocation adulte handicapé (790 €), versée aux personnes n’ayant pas suffisamment cotisé à la Sécurité sociale pour bénéficier d’une pension. L’AAH, pourtant, augmentera au rythme de l’inflation. Deux poids, deux mesures. Franck Seuret – Photo Père Igor/licence CC-BY-SA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.