Safewalker : s’alléger pour mieux marcher

Publié le 24 septembre 2014 par Valérie Dichiappari

Existe-t-il une alternative entre le déambulateur et le fauteuil roulant ? Pour un duo d’inventeurs toulousains, la réponse est sans conteste oui. Grâce au Safewalker, un dispositif paramétrable d’aide à la marche.

Original le Safewalker, nouvelle aide technique, l’est sans aucun doute. La clé de cette qualité repose sur sa capacité à moduler son assistance. Comment ? En mesurant dans un premier temps, le poids de l’utilisateur. Pour cela, il suffit de s’asseoir sur la selle. « Ne reste plus qu’à déterminer, via un écran tactile, le pourcentage de son poids que l’on souhaite voir prendre en charge », explique le kinésithérapeute Hervé Escourrou, qui, avec l’aide de Philippe Izard, médecin chef au Creps (Centre de ressources d’expertise et de performance sportives) de Toulouse, est à l’origine de cette innovation.

Un allègement progressif et différencié

Le Safewalker va ensuite décharger le patient d’une partie de ses kilos afin de lui faciliter la marche, grâce à l’action de vérins placés sous le siège. Ainsi, il n’a plus besoin de l’appui de ses bras sur la barre frontale d’un déambulateur ou sur l’épaule d’une tierce personne pour se soutenir. La machine s’occupe de tout.
En ajustant de lui-même et progressivement l’intensité de l’appui (allègement programmé selon un pourcentage de son poids) et/ou en le différenciant selon l’appui droit ou gauche, les bénéfices pour le patient s’avèrent multiples. Sa sécurité s’en trouve accrue (stabilité, frein progressif en utilisation et frein de blocage des roues pour l’installation et la désinstallation) et les efforts à fournir progressifs. De quoi gagner en confiance et en autonomie.

Adapté en cas de capacité motrice minimale

Le Safewalker s’adressent à des patients ayant encore un usage, même très limité, des membres inférieurs. Les personnes ayant du mal à soulever leur poids, atteintes d’un handicap ou d’une maladie affectant la motricité (sclérose en plaques, par exemple), victimes d’un traumatisme ou encore d’une longue période de convalescence auront ainsi un usage idéal de ce système de rééducation progressive verticalisé.
Dans un premier temps, les centres de rééducation vont être équipés de Safewalker, le marché des particuliers suivra dans un proche avenir. O. Clot-Faybesse – Photo DR

Comment 6 commentaires

Ce nouveau matériel sophistiqué sera certainement utile pour faciliter la rééducation en centre ou à domicile. Après pour « le marché des particuliers » le prix sera un élément déterminant, comme pour toutes les évolutions techniques du fauteuil roulant, manuel ou électrique.

Bonjour, suite à votre commentaire et concernant le prix du safewalker, nous sommes en train de constituer le dossier de remboursement de notre dispositif médical par l’assurance maladie. Nous faisons donc les démarches nécessaire pour que le safewalker fasse partie de la liste des produits et prestations remboursable par l’assurance maladie.
De plus chaque dossier de prise en charge est étudié par les organismes compétent selon la personne considéré (APA, PCH,etc…).
Notre politique est également de rendre accessible à tous le safwalker, nous proposons en ce sens des conditions de vente sur étude de dossier et également la location possible de notre dispositif.

Bonjour, suite à votre question l’utilisation du safewalker est prévue pour une utilisation à l’intérieur mais nous développons des solutions pour s’adapter aux surfaces extérieures, notamment grâce à des roues pneumatiques.

La rédaction,

Bonjour,
Concernant des questions et points techniques (capacité, dimensions, etc.), nous vous invitons à contacter le fabricant via son site http://www.safewalker.com/.
Pour le montant du remboursement, il est encore trop tôt pour le préciser puisque, et comme nous l’écrivons, « le marché des particuliers suivra dans un proche avenir ».
Cordialement
La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.