Accueil > Arrêt sur la toile > L’avocate Élisa Rojas donne une leçon de droits sur France Inter

L’avocate Élisa Rojas donne une leçon de droits sur France Inter

Pugnace, l’avocate Élisa Rojas. Pascale Clark, la journaliste de France Inter l’avait invitée dans son émission A’live, mercredi 3 Elisa Rojasdécembre, avec deux autres personnes en fauteuil roulant. Le sujet : ʺParoles de personnes handicapéesʺ, en cette journée internationale qui leur était consacrée. Cette franco-chilienne de 35 ans a rapidement donné le ton. « Ce qui est important, c’est d’aller au-delà du témoignage individuel (…). On en voit partout, dans tous les médias. On a tendance, du coup, à s’y arrêter sans comprendre que ces difficultés ont des explications juridiques, politiques et sociales. »

« Nous sommes des sujets de droits. »

« Élisa, le regard des autres sur vous ? », tente Pascale Clark. « Comme je ne suis pas venue parler de moi, je ne vous en parlerai pas. (…) On est dans un contexte où il y un rapport de forces (…) qui est en faveur des personnes valides. Elles nous imposent leur vision du monde et nous assignent à une certaine place qu’on n’est pas obligé d’accepter. Il est important qu’on change aussi de regard sur nous-mêmes et qu’on se dise qu’on est des sujets de droits. » Signalé par Franck Seuret

À écouter sur France Inter, A’live Paroles de personnes handicapées, entre 19.35 et 44.00.

A propos de Valérie Dichiappari

Rédactrice en chef.

Lire aussi

Une web série sur l’accessibilité du jeu vidéo avec Philousports

Yeux bleus, moue malicieuse voire taquine. Personnage iconoclaste et sympathique, Philousports est au cœur d’une …

Un commentaire

  1. J’ai écouté avec attention ces 25 minutes: journalisme de routine se limitant à l’accessibilité, très réducteur par rapport aux droits des personnes handicapées (éducation, institutions, emploi, revenu…) Invités classiques. Au moins un aveu : revendication terrain pas assez pertinente. Un constat et opinion par l’Avocate sur le conflit d’intérêt pour les associations gestionnaires d’établissements médico-sociaux. J’adhère à cette opinion.
    Puisque tout le monde admet que les arrêtés seront conformes à ce qui est déjà connu par les décrets (ou vice-vers), il importe maintenant que tous ceux et celles siégeant dans les commissions communales y fassent preuve davantage maintenant d’une connaissance précise des textes et normes et suivent de près les Agendas – AdAP déposés par les gestionnaires publics et privés. Jusqu’à l’harcèlement, particulièrement pour les bâtiments publics.
    Et au-delà, que bénévoles, adhérents et donateurs continuent de soutenir telle ou telle association pour les besoins au-delà de l’accessibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial