Accueil > Ressources > Portrait-robot de l’allocataire de l’AAH

Portrait-robot de l’allocataire de l’AAH

Près d’un million de personnes handicapées bénéficient de l’allocation adulte handicapé (AAH). Le profil-type de l’allocataire ? Un homme ou une femme, d’une cinquantaine d’années, sans diplôme, vivant seul(e) dans un logement HLM, dans le Sud-Ouest.

La barre du million est quasiment atteinte… 997 000 personnes percevaient l’allocation adulte handicapé (AAH) fin 2012, confirme l’édition 2014 de Minima sociaux et prestations sociales, publiée par la Drees. Soit 4 % de plus que l’année précédente. En tenant compte des conjoints et des enfants à charge, près d’1,5 million de personnes sont couvertes par l’AAH, représentant 2,3 % de la population française.

Formulaire de demande AAHUne hausse liée à la revalorisation de l’AAH

La croissance du nombre d’allocataires est principalement due aux effets du plan de revalorisation de son montant de 25 % sur cinq ans lancé en 2007 par Nicolas Sarkozy. L’AAH pouvant être attribuée en complément de revenus, l’augmentation de son montant (800 € aujourd’hui), et donc des plafonds de ressources y ouvrant droit, permet mécaniquement à davantage de personnes de pouvoir y prétendre. S’y ajoute le recul de l’âge de départ à la retraite qui repousse de facto l’âge de fin de droit à l’AAH.

20 % des allocataires de l’AAH hébergés par un proche

Plus intéressant encore, les données de la Drees permettent de dresser le profil-type de l’allocataire de l’AAH. C’est indifféremment un homme ou une femme. 35 % vivent dans un logement HLM, quasiment deux fois plus que dans le parc privé. 20 % sont hébergés par un proche.

Sept allocataires de l’AAH sur dix vivent seuls

Les plus de 50 ans sont surreprésentés (40 %). Tout comme les personnes vivant seules (plus de sept sur dix). Cette particularité tient sans doute, en partie, à la prise en compte des ressources du partenaire pour déterminer le droit à l’AAH. Exemple : la personne en situation de handicap vivant en couple sans enfant n’a pas le droit à l’AAH si son conjoint, pacsé ou concubin gagne plus de 1 600 € par mois.

La grande majorité des allocataires de l’AAH ont déjà travaillé

44 % des allocataires n’ont aucun diplôme et 16 % seulement le BEPC. Pourtant, la majorité d’entre eux a exercé une activité professionnelle : seuls 21 % n’ont jamais travaillé, même si 15 % ont connu de longues périodes d’inactivité. Aujourd’hui, 19 % déclarent travailler et cumulent donc AAH et revenus d’activité.

Six allocataires sur dix touchent l’AAH à taux plein, 800 €

60 % des allocataires ont une incapacité reconnue de 80 % ou plus, les 40 % restants ayant une incapacité de 50 à 79 %. Idem pour la répartition entre taux plein (AAH à 800 €) et taux réduit (AAH différentielle permettant à la personne d’atteindre 800 € de revenus cumulés). Enfin, 20 % bénéficient, en plus, d’un complément d’AAH (complément ou majoration pour la vie autonome).

2,6 % des Français de 20 à 64 ans touche l’AAH

Part allocataires AAH fin 2012 parmi la population agee de 20 a 64 ansLe nombre d’allocataires, rapporté à la population âgée de 20 à 64 ans, est de 2,6 % en 2012. Mais ce taux varie énormément d’un département à l’autre, de 1,2 à 6 %. Il culmine dans les départements ruraux ou semi-urbains, notamment dans les départements du Centre et du Sud-Ouest. La population y est, en effet, souvent plus âgée. Certains sont également mieux dotés en établissements pour personnes handicapées. À l’opposé, il est le plus faible dans les départements d’Île-de-France.

14 % des allocataires ont demandé l’AAH avec retard

Enfin, les allocataires de l’AAH ne sont pas très bien informés de leurs droits. 14 % d’entre eux déclarent avoir appris avec retard qu’ils avaient droit à cette prestation ou ont tardé à la demander. Ce taux est encore plus élevé parmi les plus jeunes et les personnes sans diplôme. L’AAH est le minima social d’âge actif comptant le plus d’entrées tardives, devant le RSA (10 %). Un effort d’information s’impose. Franck Seuret – Photo DR

A propos de Valérie Dichiappari

Lire aussi

« Nous, pensionnés d’invalidité, invisibles et négligés. »

Corinne Grande perçoit une pension d’invalidité depuis 2011. Elle regrette que ce sujet soit totalement …

Un commentaire

  1. Trois aspects à relever : nous devons la revalorisation de l’AAH à un gouvernement de droite conservatrice-libérale. Du côté de la gauche : rien à ce propos.

    Sept allocataires sur dix vivent seuls : dans les faits, certains louent un appartement qui leur serviva uniquement de boîte aux lettres pour être en règle avec l’Administration, parce qu’ils sont avec quelqu’un qui a un emploi et que s’ils se déclaraient en couple, ils perdraient tout ou partie de leurs droits.

    Si on trouve plus d’allocataires dans les départements ruraux ou semi-urbains, c’est peut-être aussi parce que les logements décents y sont plus plus accessibles aux faibles revenus qu’en IDF et en PACA.

    Par certains côtés, ce portrait-robot gagnerait à être confronté aux réalités du terrain, sous l’angle des législations discriminatoires qui accroissent les difficultés des personnes handicapées au quotidien, et en tenant compte des disparités économiques entre régions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *