Accueil > Arrêt sur la toile > Haïti : le douloureux retour à la vie des amputés

Haïti : le douloureux retour à la vie des amputés

Il y a cinq ans, jour pour jour, Haïti était victime d’un terrible séisme. Moins de la moitié des 4 000 personnes amputées ont été appareillées.

Un même drame, deux destins. Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre dévastait la capitale d’Haïti. 230 000 morts et 300 000 blessés, dont 4 000 amputés, comme Rose-Maryse Etrenne et Jean-Baptiste Saint-Milio. La première a été appareillée et Handicap international l’a aidée à monter une nouvelle épicerie de rue. Le second, lui, n’a pas encore de prothèse. Comme son handicap l’empêche de trouver un emploi, il survit à peine.

Former des professionnels de la réadaptation

« Le tremblement de terre a touché toutes les couches sociales. Tout le monde s’est aperçu qu’un aléa de la vie pouvait rendre quelqu’un handicapé et provoquer le malheur de toute une famille », raconte Patrick Senia, le directeur de Handicap international à Haïti, chargé par l’Onu de coordonner l’assistance aux personnes handicapées. 1 400 personnes ont déjà été appareillées. Mais le pays manque encore de professionnels de la réadaptation. L’ONG mène un programme de formation qui se poursuit aujourd’hui encore. Signalé par Franck Seuret

Le témoignage de Jean-Baptiste Saint-Milio et Patrick Senia sont à voir sur L’Hebdo
L’histoire de Rose-Maryse Etrenne est à lire sur Radio-Canada.

A propos de Valérie Dichiappari

Lire aussi

Compensation : les galères d’Océane, malade de Lyme

Souffrant de la maladie de Lyme, Océane, 21 ans, peine à obtenir l'aide humaine et technique à la hauteur de ses besoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *