Accueil > Vie Sociale > Culture/Loisirs > Appel au financement participatif pour un documentaire sur le handicap
Afin de boucler leur documentaire sur trois jeunes femmes amputées, Fanny Pernoud et Olivier Bonnet cherchent encore 6 000 euros.

Appel au financement participatif pour un documentaire sur le handicap

De la rencontre avec Sandra, une jeune femme amputée, au cours d’un reportage pour Thalassa, Fanny Pernoud et Olivier Bonnet ont eu l’idée d’un documentaire Les Vies dansent pour raconter comment on reconstruit sa vie avec un handicap. Pour terminer leur film, ils ont lancé une campagne de financement participatif.

Faire Face : Pourquoi avoir choisi de vous intéresser au thème du handicap ?

Fanny Pernoud : Avec Olivier Bonnet, caméra réalisateur, nous avons produit et réalisé un 26 min pour l’émission Thalassa en 2009 sur un stage de plongée sous-marine pour des personnes amputées organisé par l’association Bout de Vie de Franck Bruno. C’est là que nous avons rencontré Sandra, âgée de 18 ans. Son accident remontait à seulement un an. Elle se posait beaucoup de questions sur sa vie professionnelle, sa vie de femme, la possibilité de construire une vie de couple et une famille avec son corps amputé. L’idée d’un film sur la féminité et le handicap a fait son chemin.

FF : Dans Les Vies dansent, vous souhaitez mettre en parallèle le parcours de Sandra avec celui de deux autres femmes amputées.

F.P : Depuis six ans, nous sommes restés en contact avec Sandra et Neeta, une jeune femme née sans jambes en Inde et adoptée à l’âge d’un an. Nous avons aussi suivi le parcours de Priscille, amputée des deux jambes et du bras droit. Une relation de confiance s’est instaurée entre nous. Elles ont accepté de se livrer sans tabou face à la caméra. C’est ce qui fait l’intérêt de notre projet : tenter de cerner comment chacune s’accommode de sa différence, comment elles la transcendent pour mener leur vie comme elle l’entendent.

FF : Pourquoi faire appel au financement participatif pour boucler votre budget ?

F.P : Nous avons déjà tourné plusieurs séquences et interviews depuis 2009 mais nous avons encore besoin d’enrichir le film. Nous avons proposé notre projet à de nombreuses chaînes sans succès. Même si nos trois héroïnes sont belles, rayonnantes, positives, on constate que le handicap fait peur. Si nous avons obtenu une subvention du ministère des Affaires sociales et de la Santé via la Délégation à l’information et à la communication (Dicom), nous avons besoin au minimum de 6 000 € supplémentaires pour mener à bien ce projet qui nous tient à cœur. Propos recueillis par Claudine Colozzi

Si vous souhaitez aider le projet, visionnez la bande-annonce de présentation du documentaire Les Vies dansent

Les Vies dansent par TOUSCOPROD

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

Prix Handi-Livres 2018 : papas d’enfants handicapés et aidants familiaux à l’honneur

Le palmarès de la 13e édition du prix Handi-Livres a été rendu public lundi 3 décembre …

Un commentaire

  1. Et si de grandes associations participaient à leur tour à ce financement participatif? Pour une somme relativement modeste, elles auraient droit à utiliser le documentaire pour des projections-débats? Sauf erreur, elles reçoivent toutes des subventions, indépendamment des budgets alloués à leurs établissements médico-sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *