Accueil > Société > Guerre 39-45 : Hollande veut rendre hommage aux personnes handicapées
François Hollande veut des « gestes mémoriels » en hommage aux personnes handicapées mortes de faim de 1941 à 1945. (Photo au Mont-Valérien, en hommage aux résistants © Présidence de la République)

Guerre 39-45 : Hollande veut rendre hommage aux personnes handicapées

En novembre 2013, l’anthropologue Charles Gardou, professeur à l’Université Lyon 2, lançait un appel national pour obtenir la création d’un « mémorial en hommage aux personnes fragilisées par la maladie et le handicap, condamnées à mourir par le régime de Vichy ». Le 11 février, François Hollande lui a écrit : « Je partage votre volonté. »

Charles GardouFaire Face : Quel message vous a adressé François Hollande ?

Charles Gardou (photo ci-contre) : Dans un courrier en date du 11 février, le président de la République reconnaît que « plusieurs dizaines de milliers de personnes vulnérables (…) sont mortes de faim, d’épuisement, de solitude » dans les hôpitaux psychiatriques et les hospices français entre 1941 et 1945. « Il est important que, dans les principaux lieux où cette tragédie s’est déroulée, des gestes puissent être effectués afin d’en rappeler le souvenir et d’en honorer les victimes », écrit-il. François Hollande reprend à son compte les deux motivations principales de notre appel national : rendre hommage aux disparus et adresser un signal aux générations présentes. « Dans une société humaine, aucune vie n’est minuscule, précise-t-il. C’est à la façon dont elle traite ses personnes vulnérables que l’on juge une civilisation. »

F.F : Comment avez-vous obtenu ce résultat ?

C.G : J’ai lancé la pétition en novembre 2013, sur change.org. Aujourd’hui, plus de 80 000 personnes l’ont signée ! De nombreuses personnalités ont commencé à manifester leur soutien dès début 2014 [l’écrivain Tahar Ben Jelloun, le généticien Axel Kahn, le sociologue Edgar Morin, le pédopsychiatre Marcel Rufo…]. J’ai été reçu une première fois à l’Élysée en avril 2014 par des conseillers du président puis une seconde fois en janvier 2015. François Hollande y a sans doute vu aussi un message important à faire passer, en cette année 2015 marquant le 70e anniversaire de la victoire contre le nazisme.

F.F : Quelle est la suite des évènements ?

C.G : Le président de la République a demandé au gouvernement de saisir le Conseil scientifique de la mission du 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. Il devra dresser un état des connaissances, identifier les points restant à étudier et recenser les archives. Cela éclairera les pouvoirs publics « sur les gestes mémoriels qui pourront être accomplis cette année ».

Avec Maryvonne Lyazid [ex-adjointe au Défenseur des droits], nous avons par ailleurs jugé utile de créer une association. Le Mouvement pour une société inclusive vient de voir le jour, grâce à l’implication de la Mutuelle Intégrance. L’objectif est de travailler, en lien avec les services de l’État, à la mise en œuvre du projet et d’aller au-delà des « gestes mémoriels » évoqués par François Hollande. Notre idée initiale de mémorial, envisagée dans l’appel, a évolué vers celle de lieu(x) mémoriel(s), dont la forme reste encore à préciser. Propos recueillis par Franck Seuret

A propos de Franck Seuret

Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Stef Binon fait son one-woman sit-up show au festival d’Avignon

Tétraplégique depuis l’âge de 14 ans à la suite d’un accident de gymnastique, Stéphanie Binon, …

Un commentaire

  1. Je pense qu’il était nécessaire de rappeler les atrocités réalisés sous le régime de Vichy et à d’autres périodes de l’histoire à l’encontre des personnes handicapées. Mais l’appel national à la création d’un mémorial me laisse dubitatif. En effet, on peut observer une grande désaffection à l’égard des commémorations particulièrement par les jeunes générations (-50).
    Certains n’y voient qu’un jour de repos, quand d’autres peuvent se sentir accablé par un « devoir » de mémoire concernant des évènements qu’ils n’ont pas connus et pour lesquels ils doivent témoigner d’une reconnaissance indéfectible. D’autres encore voudrons en apprendre plus. Cela dépendra de la façon dont le sujet sera abordé et de la capacité à susciter l’intérêt de tous(ex approche par la réflexion plutôt que l’emploi de discours moralisateurs).
    Et pour finir, je pense que la priorité est de regrouper nos forces sur l’accès et les difficultés que rencontre les personnes handicapés. L’édification d’un tel mémorial qui pourrait avoir une visé plus large en faisant découvrir les nombreux combats qui ont du être menés jusqu’à ce jour pourra être envisagée dans un second temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial