Accueil > Vie affective et sexuelle > Justice : la première formation d’accompagnants sexuels aura bien lieu
Après sa victoire en référé, Marcel Nuss, le président de l'Appas, lance un appel à dons pour faire face aux frais d’avocat imprévus. ©DR

Justice : la première formation d’accompagnants sexuels aura bien lieu

Marcel Nuss, le président de l’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (Appas), a gagné vendredi 6 mars son référé au tribunal pour contraindre un hôtel d’Alsace d’accueillir sa première formation d’accompagnants sexuels.

Le Tribunal de grande instance de Strasbourg a donné raison vendredi 6 mars à Marcel Nuss et son Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (Appas). La formation qu’il organise du 12 au 15 mars prochains, une première en France, aura bien lieu dans un hôtel-restaurant d’Erstein, près de Strasbourg. Théorique et pratique, elle concerne dix futurs accompagnants sexuels, aux futures prestations tarifées, et quatre professionnels et étudiants venant uniquement étudier le sujet.

Pas de débat sur le contenu de la formation

La gérante de l’hôtel d’Erstein était revenue, le mois dernier, sur le contrat signé en novembre 2014 concernant l’organisation de l’événement. Suite à un article dans les Dernières Nouvelles d’Alsace mentionnant les risques de qualification de proxénétisme, elle a pris peur et n’a plus souhaité accueillir la formation. L’Appas a donc saisi la justice en référé. Le tribunal n’a pas débattu du contenu de la formation mais établi que l’hôtelière ne pouvait rompre le contrat conclu avec l’association.

« Implicitement, la juge reconnaît qu’il n’y a rien d’illicite dans cette formation. »

« Ce jugement est une avancée importante car même s’il ne concerne que la question de la rupture de contrat, implicitement, la juge reconnaît qu’il n’y a rien d’illicite dans cette formation. Il n’y a pas de proxénétisme », s’est réjoui Marcel Nuss, lors de la décision du tribunal.

« Humainement, je comprends le combat de Marcel Nuss. Si je suis obligée de les accueillir, je le ferai, mais je serai protégée juridiquement, car on ne peut contester une décision de justice », avait expliqué jeudi l’hôtelière.

Pour faire face aux frais d’avocat imprévus et tenter de créer un premier poste de salarié dédié à la gestion de l’association, l’Appas fait appel aux dons. Élise Descamps

 

A propos de Elise Descamps

Lire aussi

Fleuve noir : derrière le polar, les violences sexuelles envers les personnes handicapées mentales

Dans Fleuve noir d’Érick Zonca, à l’affiche depuis mercredi 18 juillet, il y a une …

23 commentaire

  1. Bernard Henry Botul

    J’appelle ca des PROSTITUEES et de la PROSTITUTION D ETAT !

    • Absolument d’accord!
      La misère sexuelle n’existe pas, il s’agit de misère relationnelle dont sont atteints beaucoup plus les hommes éduqués à obtenir ce qu’ils veulent quand ils le veulent et tant pis pour les autres, en particulier les femmes.
      Ces hommes qui souffrent d’un handicap sont des clients prostitueurs comme les autres. Ils décident qu’ils ont le droit d’imposer leurs envies sexuelles à des femmes qui n’en ont pas envie ! Et si des françaises ne se portent pas volontaires (Dodo la Saumure a dû postposer l’ouverture de son bordel pour hommes handicapés à Tournai, faute de femmes volontaires), on trouvera bien des roumaines pauvres qui se sacrifieront pour leurs enfants restés au pays !
      Personne n’a le droit de se servir d’un-e autre comme objet sexuel, en utilisant le pouvoir de l’argent, qui est une arme, ni les hommes handicapés ni les timides, ni ceux qui s’estiment peu séduisants etc.
      Etre respectueux des personnes handicapées, c’est leur donner les mêmes droits et devoirs que les valides. Dans notre société qui leur refuse l’accès aux lieux et transports publics, ainsi que des lieux privatifs pour ceux qui vivent en institution, il est moins onéreux de réduire leurs difficultés au manque de sexe et leur donner des femmes prostituées comme calmant.
      C’est indigne et méprisant pour ces personnes.

    • Et?
      La prostitution n’est pas interdite.

    • il est urgent d’en finir avec le droit alsacien qui reconnaît le blasphème et la prostitution.

  2. Très heureux pour Marcel Nuss et son association: l’action au-delà des paroles paie.

  3. Bravo pour cette nouvelle avancée bravo pour ce combat gagné Sonja Wissembourg

  4. relations sexuelles tarifées = Prostitution

  5. Bravo. Grande avancée face à la misère sexuelle des handicapés, dont je fais partie.
    merci Monsieur pour votre combat

  6. Je suis dsl mais c’est une belle avancé c un metier comme un autre et les personnes bénéficie d’1 formation et ils sont en accord avec ce qu’ils font. la prostitution n’est pas interdite c le proxénétisme tout d’abors chaque personne et libre de faire ce kil veu de son cul. Le problème a l’heure actuel ce sobt les connards qui obligent les femmes a être sur le trotoire il faut pas tous confondre. Et en même temps les prostituée fond parler mais les mecs sont bien content de les trouver…

    • C’est la crise.

      Pourquoi ne pas solliciter la bonne volonté des clients de prostituées pour participer au renflouement des caisses de l’état ?

      Lorsque la crise sera passée, ils pourront de nouveau disposer de leurs corps plus librement…

  7. Bonjour,

    Je suis ergothérapeute et déplore les commentaires de Bernard et Silverfish qui, sous couvert de réflexions politiques, n’approfondissent pas un sujet grave qui concernent des milliers de personnes en France.
    Notre conscience a créer les tabous: du coup la problématique de soulagement de certains besoins restent des sujets mal traités/ intraités.
    Evacuation des selles, des urines, des tensions sexuelles font partis de ces sujets tabous…entre autre.
    Des débats éthiques auraient donc bien besoin d’être créer afin que finissent ces pseudos débats sans réels arguments de fond!

    Aude

  8. « Humainement, je comprends le combat de Marcel Nuss. Si je suis obligée de les accueillir, je le ferai, mais je serai protégée juridiquement, car on ne peut contester une décision de justice???Humainement serait la justice condanner l’état Français de nous obligér à vivvre seuls (es) sans partenaire,à sa on appel de la descrimination inhumaine et on nous prend par des òbjects sans aucune valeur dans la socitée.
    Dejà il faut que la maudite loi du plafond de ressouces du conjoint (e) soit suprimée et aprés on parle des handicapés et conjoints (es).Il ya pas mal de organismes que veulent faire du fric à tout prix en se servent de l’handicap,mais personne ou presque personne parle pour se battre contre cette loi ridicule et inhumaine du plafond de ressources du conjoint (e) que nous prive de vivre nottre bonheur en couple,à mediter.La justice serait vraiment faite en condenant l’état Français d’une fois pour toutes concernant se sujet la oui on pourrait parler de LA VRAI JUSTICE.

    Merci,cordialement.

  9. Je pense que c’est une belle avancée pour le bien-être des personnes en situation de handicap et de fragilité en général. Et résumer la fonction de ces accompagnants en qualité de prostituées, c’est ridicule, peu fondée et prouve un manque de largesse d’esprit. Ce sujet est délicat et tabou mais il mérite débat. Essayer de faire preuve d’empathie, vous en avez accompagné vous des personnes en situation de handicap ?? Moi oui et je connais l’importance du vide affectif et sexuel et ses répercussions énormes dans le quotidien de ces personnes. Ce manque d’informations et de pratiques est mal vécue par ces personnes qui pensent que l’affection et la sexualité leur est interdit sous prétexte qu’ils sont en situation de handicap. Leur état moral est souvent très changeant et ces besoins en sont une des causes. Je me suis plusieurs fois senti démunis face aux demandes de certains résidents que j’accompagnais. Il est clair que cet accompagnement, dont les spécificités restent encore à élaborer, émane d’une réponse à un besoin.

  10. Tout le monde a le droit de baiser au même titre que boire, respirer ou manger ! Quelle est la légitimité de ces gens « valides » osant parler de prostitution ; laissons parler les interessés !!!

  11. la sexualité est un besoin fondemental pourquoi en priver certaines personnes si cela peut leur apporter un mieux vivre

  12. Simple respect de loi 2005.102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté de la personne handicapée. Plus qu’un droit, c’est aussi un besoin, même si Virginia Henderson l’a oublié dans sa liste des 14 besoins fondamentaux. Et pour l’AMP que je suis, un besoin non assouvi, c’est de la maltraitance !

  13. Une bataille de gagnée félicitation!! Par contre 4 jours pour devenir  » accompagnant sexuel » me semble plus que limite. Un tel métier demande de réelles compétences…Les manipulations, les transferts, l’empathie, relation de confiance,identifier les besoins, le bien être de la personne…J’espère qu’il y aura un réel suivi dans ce métier!!

  14. Je travail avec des personnes en situation de handicap, et je comprends le combat de Mr NUSS.Vous pouvez critiquez mais vous, vous êtes pas emprisonnés dans un corps ne pouvant rien faire ou presque. Toute personne a besoin de rapport sexuel !!! alors arrêtez de juger et mettez vous à leurs place. merci pour eux.

  15. tous le monde a le droit d avoir une sexualité et puis les prostituées ons ne les oblige pas c est elles qui ons choisis se metier elles sont en droit de refusé

  16. http://www.francetvinfo.fr/sante/comment-je-suis-devenue-accompagnante-sexuelle-pour-handicapes_847787.html#xtor=EPR-2-%5Bnewsletterquotidienne%5D-20150314-%5Blespluscommentes/titre3%5D
    Entretien sincère et intéressant: n’en déplaise à certains. Cette assistante sexuelle, en France, fait penser à Cheryl t. cohen green, qui a fait découvrir l’amour à Mark O’Brien, l’homme poète dans un poumon d’acier. Son histoire a été conté magnifiquement dans le film « The Sessions » il y a 2 ans environ.
    Mes amitiés à Jill et Marcel

  17. Je propose que tous ceux et celles qui y sont favorable rendent ce service…

  18. J’ai malheureusement la conviction que la persistance de la prostitution au sein de notre société, empêche l’émergence d’une véritable assistance sexuelle pour les personnes handicapées.
    C’est une tragédie que le législateur doit briser pour une meilleure justice sociale.

  19. Depuis 40 ans Je travail avec des personnes en situation de handicap, et je comprends plus comme les autres sa vie, et je comprends et soutiens le combat de Mr NUSS. Vous ne pas le droit critiquez mais vous, vous devez aller regarder tout les jours dans la cliniques et hôpitaux pour rencontrer handicapées et rester avec eux dans la vie quotidiens et demander eux son avis !!!. Toute personne a besoin de rapport sexuel !!! C’est la Lois! alors arrêtez de juger et mettez vous à leurs place. Restez humain!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *