Accueil > Arrêt sur la toile > Naissance de la première prothèse sensible

Naissance de la première prothèse sensible

Une prothèse de jambe capable de reproduire les sensations d’un membre amputé tout en apaisant les douleurs fantômes : c’est la technologie que le professeur Hubert Egger de l’Université de Linz en Autriche a mise au point. Une première mondiale.

 Wolfgang Rangger, premier amputé de la jambe a bénéficier de la prothèse sensible du professeur autrichien Hubert Egger. © AFP photo
Wolfgang Rangger, premier amputé de la jambe à bénéficier de la prothèse sensible du professeur autrichien Hubert Egger. © AFP photo

Wolfgang Rangger, un enseignant autrichien de 54 ans, vient de bénéficier de cette nouvelle technologie. Amputé il y a plusieurs années suite à des complications après un accident cardio-vasculaire, il ressent aujourd’hui les différences des revêtements du sol (béton, moquette, cailloux…) sous ses pieds et n’a plus d’hypersensibilité liée à son amputation.

Cette prothèse comporte des capteurs reliés à des stimulateurs posés sur le moignon. Ainsi, l’information part de la prothèse pour remonter au cerveau. Elle permet de reproduire la sensation du membre perdu et, de ce fait, stimule les voies de contrôle de douleurs. Les douleurs fantômes disparaissent sans le moindre médicament. De quoi changer le quotidien des personnes concernées.

Signalé par Bertille Souvignet

À lire sur Sciences et avenir.fr

 

A propos de Valérie Dichiappari

Valérie Dichiappari
Rédactrice en chef.

Lire aussi

Handicap : Alain Cocq se bat pour accéder à une mort « digne »

Atteint d’une maladie orpheline incurable, Alain Cocq, 57 ans, a écrit fin juillet à Emmanuel …

Un commentaire

  1. Avatar

    VIDEO : Une prothèse « sensible » pour changer le quotidien des amputés. https://youtu.be/6F2kPeKRfGc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial