Accueil > Santé > Sclérose en plaques et canicule : adopter la bonne attitude
La transpiration provoque une perte importante de minéraux inhibant en retour la transmission nerveuse. Les conséquences sont alors plus graves chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. © DR

Sclérose en plaques et canicule : adopter la bonne attitude

L’été est (enfin) arrivé sur l’Hexagone. Pour rattraper son retard, il a relevé d’un coup le mercure l’envoyant plafonner à des hauteurs caniculaires. Une situation climatique mal supportée par les personnes atteintes de sclérose en plaques. Voici quelques précautions simples face à l’intolérance à la chaleur.

Chaleur et sclérose en plaques (Sep) ne font pas bon ménage. Une élévation de la température corporelle peut en effet entraîner des symptômes divers : fatigue, spasticité et troubles de la vision. Leur manifestation laisse penser, à tort, à l’arrivée d’une poussée inflammatoire alors que ce sont des troubles facilement réversibles.

L’ennemi de la Sep ? La transpiration

Objectif général en cas de canicule : éviter le plus possible d’avoir chaud. Pourquoi ? Pour lutter contre une chaleur trop forte, notre corps augmente sa température afin de transpirer. Conséquence : une perte importante de minéraux, inhibant en retour la transmission nerveuse. Pour une personne chez qui la propagation des signaux est déjà ralentie par la maladie (la Sep détruit les gaines de myéline des neurones), les conséquences seront beaucoup plus marquées.

Bon sens et bons gestes

Pour les empêcher ou lutter contre leur apparition, il faut utiliser une bonne dose de sens commun accompagné de quelques accessoires. À savoir :

– Ne pas s’exposer au zénith du soleil (créneau 11 h-16 h) et rester à l’ombre ;
– Si possible, dans des endroits climatisés ou à défaut ventilés ;
– À l’extérieur, se couvrir la tête (chapeau, casquette…) et s’habiller léger et ample. Choisir des couleurs claires et du coton absorbant la transpiration et laissant la peau respirer ;
– Bien s’hydrater. Boire régulièrement de l’eau minérale – pas des sodas ;
– Proscrire tout effort physique ou violent sous risque d’élever sa température corporelle ;
– Pour faire retomber la température, prendre un bain froid ou ingérer de la glace pilée ;
– Enfin, si la fièvre survient, prendre de l’aspirine (paracétamol) sauf contre-indication de son médecin. O. Clot-Faybesse

La canicule késako ?

Quand les fortes chaleurs diurnes et nocturnes, parfois accompagnées d’un niveau d’humidité élevée, s’étendent sur une période prolongée et que l’amplitude thermique faiblit peu entre le jour et la nuit pendante au moins trois jours : c’est la canicule. En France, la dernière canicule remonte à août 2003. Actuellement, Météo France a placé quarante départements en alerte et prévoit de fortes chaleurs jusqu’à dimanche 5 juillet.

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Lire aussi

Une association pour lutter contre l’algodystrophie

Animée par des patients, l’association SDRC Algodystrophie vient de voir le jour. Sa coprésidente, Johanne …

12 commentaire

  1. Bonjour,
    je suis atteinte depuis l,âge de 28 ans.J,ai été 4 mois a l,hôpital ne savais ce que j,avais.À la Résonance Magnétique c,est là que j,ai su que c,était la sclérose en plaque…Nous avions acheter quelque chose en République Dominicaine et là…Toute jeune nous sommes content avec cette maladie opps il faut bien y penser…Je ne peu plus m,installé au soleil comme j,aimais aujourd’hui,hui je me dit ,rien ne vas m,empêcher d,aller en République.Il faut accepter cette maladie jusqu’à,a présent il na rien a faire…
    Une sépienne louise riopel

    • Bonsoir à tous j ai ,48 ans et on a décelé voilà 2 ans un début de SEP à l âge de 22ans me suis fait mordre par une tique on m a soigné pour tout et n importe quoi jusqu’au jour où j ai perdu connaissance on m a hospitalisé dans un service de maladies infectieuses le docteur christmann m a sauvé la mise je fus positive +++ à lyme depuis de gros soucis de santé ‘neurologiques musculaire myosite fibromyalgie et quand j en parle à mon médecin actuel elle me regarde comme une bête de cirque à quand une reconnaissance de cette maladie je ne suis pas contagieuse juste LYME

  2. Le coup de chaud!!!
    Ma hantise:
    On est plus maître de son corps et on se transforme en « guimauve « !!!

  3. Sep depuis 2009 la je souffre de la chaleur et heureusement que je suis en congé car travailler comme ca non pas possible j ai tous mes symptômes de retour. Bon courage a tous.

  4. bonjour,

    Sep depuis 2009, j’ai en ce moment même 30.6 ° dans mon bureau : y a t il un moyen, une législation, pour arrêter de travailler lors de trop grosses chaleurs ?
    Depuis 1 semaine, j’ai une accentuation des signes de fatigue, des « fourmis » résistantes,…

    courage à toutes et tous

  5. bonsoir,
    pour ma part tous les symptômes de ma poussée fin mai sontrevenus…. la poisse… est ce uniquemnt dû à la chaleur ???

  6. Bonjour ta question pourrait être poser a un neuro .moi sep depuis 2000 mais je ne sais pas la réponse mais l’ostéopathe que j’ai vu cet aprem. M’a parle de grosses inflammations .Est ce la chaleur ou pas mystère ?Elle m’a dit aussi que certaines sepiennes lui avaient dit connaître des signes annonciateurs d’une poussée ,????

  7. Bonjour,
    Je suis atteint d’une SEP il y a déjà 8 ans. C’est la première fois que je suis dans un épisode de canicule. Mes deux pied et jambes ont des problème sensitif. Ces problèmes je les avais eut il y a 1 ans lors d’une poussée. Mon neurologue me dit que ce n’est pas une poussée mais que c’est la chaleur qui me fait ressentir les symptômes.
    Je ne remet pas en cause ce que mon neurologue me dit, mais je pose la question: Comment savoir si c’est la chaleur ou tout simplement une nouvelle poussée?
    Est ce que des symptômes peuvent réapparaitre avec la même force qu’ils avaient lors de la poussée? Aujourd’hui je serais même a dire que les symptômes que je ressent sont plus fort que ceux de la poussée d’il y a un ans (ca fait un ans alors difficile de comparer).

    Merci
    David

  8. Bonjour,

    Je ne suis pas neurologue mais je vis en concubinage avec la sep depuis40 ans . Tous les symptômes que vous décrivez peuvent être le signe d’une poussée mais avec la chaleur que nous venons de connaître, j’opterais pour les conséquences de cette chaleur ! Bon courage à tous

  9. bonjour/bonsoir
    je tombe par hasard sur le site et sur l’article et je suis un peu choquée par la fin dudit article :
    « Enfin, si la fièvre survient, prendre de l’aspirine (paracétamol) sauf contre-indication de son médecin. »
    Aspirine et paracétamol ce n’est pas la même chose!!!
    l’aspirine est un AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) contrairement au paracétamol!!!
    l’erreur laisse des doutes sur le reste de l’article…

  10. Diagnostiquée il y a 1 an, ce premier épisode de canicule m épuisé.
    Les trois symptômes sont revenus dare date et je transpire comme une bête au moindre effort, un cauchemar. Heureusement la pluie doit arriver.
    Je suis sous aubagio rtt efficace car pas de nouvelles poussées, seules quelques réminiscence sur de temps à autre : fourmis dans le pied, vision trouble, douleurs intercostales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *