Accueil > Arrêt sur la toile > Accessibilité : les cabinets médicaux à la traîne

Accessibilité : les cabinets médicaux à la traîne

« Nous voulions développer une application pour smartphone permettant de localiser à Paris les centres médicaux aux normes handicapés. Mais il y en a si peu que nous avons abandonné le projet », témoigne Marie-Lucile Calmettes, directrice générale de la Fondation Handicap Malakoff Médéric.
Une situation que souligne le constat suivant : sur les quelque 700 000 établissements recevant du public qui avaient jusqu’au 27 septembre pour adresser en préfecture leur dossier d’adaptation aux normes handicapés, les cabinets médicaux sont parmi les plus réticents à consentir cet investissement.
La raison invoquée par les syndicats de médecins ? Le coût des aménagements à réaliser, avec des devis montant parfois jusqu’à 200 000 €. Certains d’entre eux n’hésitent d’ailleurs pas à menacer de fermer des cabinets si l’État s’obstine à leur imposer de pouvoir accueillir des patients handicapés !
Une attitude jugée par Nicolas Mérille, conseiller national accessibilité à l’APF, comme « cynique et scandaleuse » et pour qui il « n’est pas question qu’un commerce ou qu’un service ferme en raison des normes handicapés », et ce d’autant plus que « beaucoup de dérogations sont prévues (par la loi) pour les bâtiments existants ».
Pour sa part, Bruno Deloffre, du syndicat MG France, souligne qu’« il n’est pas question de refuser d’accueillir les handicapés, nous les soignons tous les jours, souvent à leur domicile ». Signalé par O. Clot-Faybesse

À lire sur Le Monde

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Olivier Clot-Faybesse
Journaliste aides techniques, sciences, santé et recherche.

Lire aussi

Une web série sur l’accessibilité du jeu vidéo avec Philousports

Yeux bleus, moue malicieuse voire taquine. Personnage iconoclaste et sympathique, Philousports est au cœur d’une …

Un commentaire

  1. Avatar

    Exact que les arguments avancés par ce syndicat MG France sont plus que légers. En même temps, il reste réel que beaucoup de cabinets (médicaux et para-médicaux)sont implantés dans le lieu d’habitation, dans des immeubles qui resteront inaccessibles aux fauteuils de par leur construction d’origine. Dans ce dernier cas, le gestionnaire doit néanmoins se conformer aux normes en rapport avec tous les autres handicaps. A souligner que ce syndicat est comme les syndicats de salariés avec un taux de syndicalisation très faible, classique en France et quelques pays limitrophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial