Accueil > Autonomie > Ergovie facilite l’autonomie des personnes à mobilité réduite
L'un des techniciens de la société Ergovie change la colonne élévatrice d'un fauteuil roulant électrique. ©C.Diais

Ergovie facilite l’autonomie des personnes à mobilité réduite

Camion-atelier, prêt de fauteuil roulant, dépannage 7 jours sur 7. À Rennes, la société Ergovie s’est spécialisée dans l’aide aux personnes à mobilité réduite. Des services qui assurent une autonomie toujours plus grande.

Ergovie 1
Hichem Nagard teste le nouveau support pour son smartphone. ©C.Diais

Ce jeudi matin, Hichem Nagard, 34 ans, vient se faire installer un support plus grand sur son fauteuil pour son nouveau smartphone. « Mes mains ne fonctionnent pas, j’utilise mon téléphone avec mon nez. C’est un outil d’autonomie important. Avec ce système, je peux écrire et téléphoner. » Quelques tours de tournevis plus tard et le jeune home retrouve des gestes quotidiens.

Chaque jour, la société Ergovie, personnalise les fauteuils selon les souhaits de la personne et son niveau de dépendance. Et redonne de l’autonomie aux personnes à mobilité réduite. Pour ça, l’entreprise peut compter sur une équipe de professionnels pluridisciplinaires, techniciens, ergothérapeutes travaillant en liaison avec le corps médical.

Fondée en 1989 par Luc Le Pape, la société, qui commercialise du matériel médical, s’est spécialisée dans l’aide aux personnes en situation de handicap, à Rennes et dans toute la Bretagne. Dans l’atelier de la société, les quatre techniciens scient, raccourcissent ou ajoutent des éléments, en fonction des demandes. Ils s’adaptent parfois à des sollicitations bien précises. « Un porte-bébé a été ajouté à un fauteuil pour une maman qui venait d’accoucher. Actuellement, nous travaillons à l’installation d’un joystick hyper sensible pour manier à la fois le fauteuil et contrôler l’environnement, allumer les lumières, le chauffage à distance », détaille Dany Guillard, le directeur technique.

Dépannage 7 jours sur 7

L'entreprise dispose d'un stock d'environ 80 fauteuils de prêt. ©C.Diais
L’entreprise dispose d’un stock d’environ 80 fauteuils de prêt. ©C.Diais

À l’arrière de l’entreprise, les rangées de fauteuils s’alignent. Environ 80 sont à disposition en prêt. Les pièces détachées les plus courantes y sont aussi stockées. La société assure l’entretien d’un parc de 3 500 fauteuils dans toute la région. « Nous fonctionnons comme un garage. En cas de souci, nous disposons d’un numéro d’appel unique gratuit (0800 000 234). »

En cas de pannes, les techniciens se rendent directement sur place avec un camion-atelier dans toute la Bretagne et les Pays-de-la-Loire. Ils interviennent au domicile, à l’école ou sur le lieu de travail s’il le faut. « Cela peut aller de la simple crevaison à un changement de moteur. Lorsque la panne est plus importante, le fauteuil est remplacé le temps de la remise en état, à Rennes. Le service fonctionne 7 jours sur 7. Il n’y a pas un week-end où nous n’intervenons pas. À Noël et au Réveillon, une équipe sera d’ailleurs d’astreinte. »

Le dispositif permet d’assurer une rapidité d’intervention et une continuité d’autonomie. « Qu’elles soient à l’université, dans la vie active, etc., ces personnes ont des exigences légitimes d’autonomie par rapport à leur véhicule quotidien. Elles souhaitent une intervention rapide, poursuit Luc Le Pape. Il ne faut pas oublier qu’un fauteuil en parfait état de fonctionnement est le signe d’une intégration réussie. »

Un fauteuil pour cinq ans en moyenne

La durée de vie d’un fauteuil est de cinq ans en moyenne. Une fois par an, le service après vente de la société contacte ses clients pour proposer une révision d’entretien. Mais ces demandes et adaptations particulières provoquent parfois un surcoût pas toujours pris en charge par les mutuelles. « Pourtant, le fauteuil est un véhicule comme un autre. Il doit être entretenu, presque comme une voiture. Certains forfaits de la Sécurité sociale n’ont pas évolué depuis 2002. C’est notamment le cas de ceux alloués annuellement pour l’entretien, fixés dans un Arrêté du 21 mars 2002. »

À titre d’exemple, la Sécurité sociale peut rembourser certaines réparations lors d’une panne, d’une casse ou un besoin de révisions du fauteuil roulant électrique ou manuel. Ainsi, le forfait roues concernant les changements de pneus, roulements… s’élève à 74,82 € par an. « Désormais, les personnes travaillent, ont des loisirs, sortent, l’usure des fauteuils est plus importante qu’avant. Les remboursements pris en charge par la Sécurité sociale ne sont plus adaptés à cette situation et à la sophistication de certains modèles. Il faut faire évoluer ça et donner à ces personnes, les moyens de faire durer leurs fauteuils ». Mission accomplie par la société Ergovie. Céline Diais

A propos de Axelle Minet

Lire aussi

Publi-information / A.C.A France, une solution globale de mobilité

A.C.A France est aujourd’hui le leader national de l’aménagement de véhicule pour les personnes à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *