Accueil > Santé > Recherche/Sciences > Spasticité : deux nouvelles pistes de traitement
Le premier traitement est un inhibiteur de la calpaïne, encore jamais testé chez l'homme. Le second, un médicament connu pour réduire les flux sodiques d'ores et déjà utilisé dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA). © DR

Spasticité : deux nouvelles pistes de traitement

Une équipe de chercheurs de l’Institut des neurosciences de l’Université d’Aix-Marseille a identifié l’un des mécanismes à l’origine de la spasticité et testé avec succès deux médicaments chez l’animal. 

C’est dans la membrane des neurones qui innervent les muscles, les motoneurones, que Frédéric Brocard et ses collègues (CNRS/Université d’Aix-Marseille) ont trouvé une anomalie responsable des mouvements spastiques. Des protéines y forment des canaux qui laissent passer, ou non, les ions sodium. Lorsque ces canaux sodiques s’ouvrent, les ions entrent et le neurone, excité, transmet au muscle l’ordre de se contracter. Puis les canaux se referment rapidement et le muscle se relâche. Mais il existe des situations où cette mécanique se grippe. Les chercheurs ont ainsi découvert, chez l’animal, qu’après une lésion médullaire, l’activité d’une enzyme, la calpaïne, augmente. Or, elle bloque ce système de fermeture. Résultat : les canaux restent ouverts, l’excitation du neurone se prolonge tout comme les contractions qui génèrent des mouvements spastiques fortement handicapants.

Un essai en préparation chez l’homme 

La mise en évidence du rôle de la calpaïne et des flux sodiques dans la spasticité a mis les chercheurs sur la piste de deux nouveaux traitements. Le premier est un inhibiteur de la calpaïne, encore jamais testé chez l’homme. Le second, un médicament connu pour réduire les flux sodiques d’ores et déjà utilisé comme traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). L’équipe de Frédéric Brocard les a tous deux évalués sur des rats présentant des lésions de la moelle épinière. Avec succès.

L’utilisation pendant dix jours d’un inhibiteur de la calpaïne a rétabli le fonctionnement normal des canaux sodiques et réduit durablement (un mois) les symptômes spastiques. Idem avec le riluzole même si l’effet sur la spasticité était moins durable, les symptômes réapparaissant deux semaines après l’arrêt du traitement.

Face à ces résultats prometteurs, un essai clinique est programmé cette année au CHU La Timone à Marseille. Trente blessés médullaires (para et tétraplégiques) seront traités avec le riluzole, en sirop, à différentes doses, pour une étude pharmacocinétique puis soixante autres le seront cette fois pour mesurer son efficacité sur la spasticité.

En parallèle, l’équipe de Frédéric Brocard poursuivra ses investigations sur le rôle de la calpaïne en testant d’autres inhibiteurs de la calpaïne chez l’animal. Avant, espèrent-ils, d’évaluer un tel inhibiteur chez l’homme. Adélaïde Robert-Géraudel

 

A propos de Adélaïde Robert-Géraudel

Lire aussi

La magie au service de la thérapie

Il est le créateur de Magissoin. L’association à découvrir vendredi 15 mars dans le programme …

11 commentaire

  1. je suis interressé par la « spaticité »,à quand les essais sur l’homme?le dernier article à ce sujet était très interressant.

  2. Est-il aussi envisageable de voir un essai de ce traitement pour les personnes IMC avec spacitité ?

  3. .Merci pour cette très intéressante info. j’ai
    rendez-vous ce vendredi 25 mars chez mon neurologue et lui en parlerai
    en espérant que ce médicament ne prendra pas le
    même chemin que le Sativex pour sa mise sur le
    marché !

  4. kok.13@hotmail.fr

    Oui j’aimerais aussi savoir s’il y aura des essai sur des enfants imc ?

  5. INFORMATION TRÈS INTÉRESSANTE.
    PARAPLÉGIQUE INCOMPLET, D5 D6,SPASTICITÉ TRÈS IMPORTANTE,DEPUIS 58 ANS.
    J’AI DES CONTRACTURES TOUTES LES 15 SECONDES,UNE ATTÉNUATION SERAIT MIRACULEUSE.
    OU S’INFORMER POUR LE SUIVI ET POUR UN TRAITEMENT ÉVENTUEL ? MERCI.

  6. slt tt le monde jai souffre une aspastecite durabale quoi je faire svp merci

  7. Avc depuis un an je suis partant pour tous essais surl la spaticite

  8. je m zpelle Brigitte, j ai fais un avc ischemique avec emiplegie gauche et spasticite masive donc dans la douleur continue du a une spasticite invalidante.le dantrium, baclophene. les toxines botulique, rien y fait malgré mon passage dans différents chu et centre de rééducation.je n en peux plus depuis maintenant presque plus de 15ans dans la douleur excluant une vie même emiplegique la plus proche possible de celle que j aurai la maintenant si je n avais pas fait un avc dont la cause à ce jour n est tjs pas connue.je souhaterai pouvoir rester une des 2 nouvelles pistes pour lutter contre la spasticite par un inibiteur de calpaine avec une D.U.T.qu’ elle est la démarche à faire pour l esai d une des 2 eventtuelles solution .on me dis souvent qu’ on a pas le retour sur 10ans! mais. si personne se propose à l essai, on ne le saura jamais et c est très important pour beaucoup de personnes victimes de spasticite et ne plus vivre que dans la douleur terrible ne nous permettant pas de vivre une vie la plus normal e possible.la douleur bs obligé à des traitements très forts.il faut d abord éliminer la cause de la douleur que continuer de prendre des antidouleur à base d opiacés etc. très dangereux sûrement ds le temps.je vous mon neurologue en juin.j espère ne pas devoir continuer encore 15 ans comme les précédents mais avoir une personnes médicales qui puissent me faire une demande d utilisation temporaire de inibiteur de calpaine.courage dynamisme prendre soin de nous la sophrologie aide beaucioup.la peche a garder l espoir à tous ,y a que cela que l on puisse consommer à volonté sans demande d autotisation.bises à tous et toutes.ccroyez surtout a une solution de lutte contre la spasticite positivez forcément une solution

  9. Carré Jean-Pierre

    Suite à l’opération d’un angiome du cerveau, le 1/03/18, à la Salpêtrière, je suis terriblement handicapé par la spasticité particulièrement les jambes (surtout la gauche), je ne peux m’asseoir seul, mes mains tremblent et la préhension est quasi nulle, Sans parler des souffrances…
    Je suis donc particulièrement intéressé par les recherches sur ce problème car en fait je n’ai pas vraiment de traitement et je ne trouve aucun kiné pour venir à domicile. Je me sens complètement abandonné…
    Merci d’avance pour toute aide et renseignement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *