Accueil > C'est mon histoire > Le tour du monde en camion de Samuel Marie
Le départ du tour du monde en camion de Samuel Marie est prévu pour 2017. © Le Raid des Baroudeurs

Le tour du monde en camion de Samuel Marie

Embarquer au volant de son camion, sillonner, pendant presque un an, les continents pour y découvrir des paysages uniques, rencontrer d’autres cultures mais aussi témoigner et montrer que le handicap n’est pas un frein. Voilà le projet fou que s’est lancé Samuel Marie, atteint de tétraplégie.

60 000 km à parcourir en onze mois. Soit une fois et demie le tour de la terre. Voilà le périple qui attend Samuel Marie, tétraplégique de 28 ans. Son aventure débutera par une traversée de l’Atlantique en avion pour lui, en bateau cargo pour son camion afin de les déposer en Amérique du Nord. C’est ici, entre le Canada et les États-Unis, que se déroulera, en mai 2017, la première partie de son tour du monde.

Seize pays à traverser

Au programme : la découverte des grands espaces du Canada d’est en ouest jusqu’à Vancouver puis la descente de la côte ouest des États-Unis et ses parcs naturels jusqu’à Los Angeles enfin, la Nouvelle-Orléans, Miami et Baltimore, port de retour du camion. Cette étape nord américaine sera suivie en juin 2018 d’une seconde qui verra Samuel passer les cinq derniers mois sur les routes de Paris à Istanbul via Pékin, en compagnie des participants de la 5e édition du Raid des Baroudeurs. Cette expédition ralliera Paris à Pékin en passant par la République tchèque, la Pologne, la Biélorussie, la Russie, la Mongolie et la Chine. Avec un retour par le Kirghizistan, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, la Géorgie, la Turquie, la Grèce et l’Italie et une arrivée en France, plus précisément à Grenoble.

Pour Samuel Marie, un défi physique…

Même si la condition de Samuel nécessite en permanence l’accompagnement d’un infirmier (quatre à cinq  se relaieront au cours des trajets), une aussi longue équipée va grandement solliciter le corps et le mental. D’autant plus que, comme l’explique le jeune homme sur son site, il compte bien « assurer la conduite sur la totalité du trajet ». C’est-à-dire jusqu’à 400 km de conduite par jour et des étapes d’une durée de 24 heures au maximum. Pas question de se reposer pour autant lors de ces stops puisque cet hyperactif en profitera pour… encore rouler : « Avec l’aide d’un vélo à bras, je pédalerai sur des portions de routes et chemins dans chaque pays pour m’imprégner des lieux. »

… et un périple engagé

Il est là l’autre objectif de Samuel : se servir de son voyage et de ses rencontres avec des peuples de différentes cultures pour délivrer un message de sensibilisation à l’accessibilité. En profiter également pour répertorier parmi les lieux visités, ceux vraiment praticables en fauteuil roulant.
À travers cette aventure, Samuel Marie souhaite aussi démontrer que le handicap n’est pas synonyme d’inactivité : « Ce n’est pas parce qu’on est en fauteuil qu’on ne peut pas se bouger ! » Et de souligner au passage que, valides ou pas, riches ou pauvres, avec de l’envie et de la motivation, il est possible de réaliser et partager de grandes choses.

À suivre sur la Toile

Les deux grandes parties du tour du monde de Samuel pourront être suivies sur son site internet

Samuel et son camion actuel, celui avec lequel il réalisera son tour du monde fera 2 m de plus, soit 7 m © Le Dauphiné Libéré
Samuel et son camion actuel, celui avec lequel il réalisera son tour du monde fera 2 m de plus, soit 7 m © Le Dauphiné libéré

et sur les réseaux sociaux, notamment sa page Facebook sur laquelle il postera régulièrement textes, photos et vidéos.

À moins d’un an du départ, le financement n’est pas complètement bouclé, notamment en ce qui concerne l’achat et l’aménagement de son futur camion. Avis donc à d’éventuels partenaires ou mécènes.

Samuel peut être contacté via sa page Facebook ou par courriel : samuel.marie.contact@gmail.com. O. Clot-Faybesse

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Lire aussi

« Atteinte du syndrome d’Ehlers Danlos, les chevaux m’aident à mieux vivre mon handicap. »

Diagnostiquée depuis trois ans après une longue errance médicale, Aude, 20 ans, puise sa force …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *