Accueil > Arrêt sur la toile > Sclérose en plaques, un lien confirmé avec l’obésité
Une étude confirme le lien entre l'obésité et la sclérose en plaques.

Sclérose en plaques, un lien confirmé avec l’obésité

Encore une nouvelle raison de combattre l’obésité chez les jeunes adultes. Une étude menée par des chercheurs de l’Hôpital général juif de Montréal (Canada) vient d’établir un nouveau lien entre l’obésité et la sclérose en plaques. Les scientifiques se sont intéressés à différentes statistiques : celle d’une importante étude génétique sur l’IMS et une autre concernant la sclérose en plaques. Ils ont également pris en compte les données de 24 091 personnes regroupées dans le groupe témoin. Selon eux, les jeunes adultes dont l’indice de masse corporelle (IMC) passait du surpoids vers l’obésité avaient environ 40 % de risque de plus de souffrir d’une sclérose en plaques. Comme le précise Le Parisien, d’autres études sont nécessaires pour déterminer si l’adoption d’un mode vie plus sain pourrait diminuer le risque de développer cette maladie.

Un risque « potentiellement modifiable »

Les conclusions de cette recherche ont été publiées dans la revue médicale Plos Medicine. Des études précédentes avaient déjà établi un lien potentiel entre la sclérose en plaques et l’obésité. Ces nouvelles avancées viennent le confirmer. Les chercheurs ont conclu que « l’IMC pourrait être un important facteur de risque potentiellement modifiable », souligne le quotidien.

Les causes d’apparition de la sclérose en plaques sont mal connues, cette maladie neurologique affecte principalement le jeune adulte. Les symptômes se déclarent généralement vers 30 ans faisant même de cette maladie auto-immune la première cause de handicap sévère non traumatique dans cette tranche d’âge. Signalé par Johanna Amselem

À lire sur Le Parisien

A propos de Johanna Amselem

Johanna Amselem
Journaliste spécialisée dans les thématiques de santé.

Lire aussi

Fin de vie : « La demande exceptionnelle d’Alain Cocq nous imposait une réponse exceptionnelle. »

Faute de pouvoir bénéficier d’une assistance médicale active pour mourir, Alain Cocq, atteint d’une maladie …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial