Adda Abdelli de Vestiaires : «Dans la tête des décideurs, un comédien handicapé ne peut jouer qu’un handicapé… »

Publié le 21 juillet 2016 par Claudine Colozzi

Selon une enquête américaine, 95 % des rôles de personnages handicapés sont tenus par des acteurs valides dans les dix meilleures séries américaines du moment. Auteur et comédien handicapé, Adda Abdelli a co-créé la série Vestiaires, programme court de France 2 interprété quasiment uniquement par des personnes en situation de handicap. Henri Rouillier, journaliste à L’Obs, lui a demandé de réagir à cette étude relayée par le magazine américain Variety.

Adda Abdelli a 49 ans. Atteint de la polio à 1 an, il se déplace en fauteuil roulant ou avec une béquille. Il raconte comment il a eu l’idée avec son camarade Fabrice Chanut, atteint d’une agénésie de la main droite, de courtes saynètes humoristiques qui se passeraient dans les vestiaires d’une piscine. Il évoque aussi combien malgré le succès de ce programme court diffusé depuis 2011, le regard des producteurs et des réalisateurs n’a guère changé sur le comédien handicapé. « Dans ce milieu, il y a une espèce de principe très implanté dans la tête des décideurs qui veut qu’un handicapé ne puisse jouer qu’un handicapé… »

Ça va devenir compliqué de dire qu’on n’a pas de comédiens handicapés visibles

Malgré tout l’acteur reste positif. « Avec le succès de Vestiaires, ça va devenir compliqué pour les gens de dire qu’on n’a pas de comédiens handicapés visibles. » Pour la sixième saison, qui sera diffusée sur France 2 du 5 au 18 septembre 2016, en parallèle des Jeux paralympiques de Rio, ils ont décidé d’inviter de grands réalisateurs sur le programme. Trois d’entre eux ont répondu à l’appel : Patrice Leconte, Patrick Braoudé et Nils Tavernier. « Ils ont mis les pieds dans un univers qu’ils ne connaissaient pas, avec beaucoup de bienveillance. Ce qui a donné lieu à beaucoup de beaux échanges. On a gardé contact. Je me dis que c’est aussi avec ces rencontres-là que les choses peuvent bouger. » Signalé par Claudine Colozzi

À lire sur le Plus de l’Obs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *