Rio 2016 : faux athlètes handicapés pour vraie campagne de promotion

Publié le 25 août 2016 par Franck Seuret

Les clichés d’une campagne de promotion en faveur des Jeux paralympiques font polémique au Brésil. Deux acteurs brésiliens, valides, y apparaissent amputés. Des internautes déplorent que de vrais athlètes paralympiques n’aient pas été choisis.

 “Nous sommes tous paralympiques”. Pour promouvoir les Jeux paralympiques, qui se tiendront à Rio du 7 au 18 septembre, l’édition brésilienne du magazine Vogue a publié, mercredi 24 août, les photos de cette campagne de promotion. Les clichés ont immédiatement déclenché une vive polémique sur les réseaux sociaux. Car la femme et l’homme y posant ne sont pas des athlètes paralympiques mais deux acteurs, valides, amputés par la magie d’un logiciel de retouche de photos. Cleo Pires, une célébrité brésilienne, y apparaît ainsi avec un moignon à hauteur de l’épaule droite. Le comédien Paulo Vilhena est, lui, affublé d’une prothèse.

Nous sommes tous paralympiques entiereUn slogan appliqué littéralement

Certains internautes applaudissent cette mise en image, au premier degré, du slogan “Nous sommes tous paralympiques”. La campagne vise à surfer sur la popularité de Cleo Pires pour interpeller l’opinion, alors que seuls 20 % des billets pour les Jeux ont trouvé acquéreurs. D’autres déplorent, au contraire, que les athlètes handicapés ne soient pas en vedette et réduits, comme souvent à l’invisibilité.

Une campagne approuvée par le Comité paralympique brésilien

L’actrice qui a imaginé cette mise en scène a réagi à ces critiques sur Snapchat ainsi que sur son compte Instagram aux 2,6 millions d’abonnés. « Cette campagne a été approuvée par le Comité paralympique brésilien [dont elle est l’ambassadrice] et par les athlètes paralympiques brésiliens (…), explique-t-elle. En plus, tout le monde en parle maintenant et ils sont très heureux car ils n’avaient jamais eu autant de visibilité. Dans une deuxième étape, les athlètes seront exposés. » Une stratégie qui prête à discussion. Franck Seuret

Nous sommes tous paralympiques bas

Comment 2 commentaires

si ces personnes savaient au quotidien ce que c’est une amputation ,peut-être réagiraient ils différemment. Et tous ces athlètes qui doivent s’entrainer plus que les valides avec douleurs ténacité et courage, ils mériteraient d’être en première page. Encore un coup de pub pour des personnes qui ont déjà beaucoup dans la vie. Je suis révoltée

Je trouve ça très bien que les communautés s’entraident et que la notoriété des uns aille au service des autres. Cette campagne est excellente et rassurante. Je suis amputé de l’avant bras droit, ancien nageur en équipe de France Handisport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *