Accueil > Vie Sociale > Rio 2016 : les Jeux paralympiques vont-il entretenir la flamme ?
Le Comité d'organisation a adopté des mesures d'économie, comme la réduction des services de transport et du nombre de volontaires.

Rio 2016 : les Jeux paralympiques vont-il entretenir la flamme ?

Le Comité d’organisation des Jeux, à Rio, a dû tailler dans les dépenses pour faire face au manque de moyens financiers. Mais les ventes de billets, en hausse, et la couverture médiatique, record, entretiennent l’espoir d’une belle fête pour ces Jeux paralympiques.

Londres 2012 avait été au top ; Rio 2016 va tenter d’éviter le flop. À la veille de l’ouverture des Jeux paralympiques, mercredi 7 septembre, difficile de dire si l’organisation sera à la hauteur de l’évènement. L’inquiétude est toutefois moindre qu’il y a quelques semaines encore.

« Jamais auparavant, en 56 ans d’histoire des Jeux paralympiques, nous n’avons été confrontés à de pareilles circonstances », avait reconnu Philp Craven, le président du Comité paralympique international (IPC), le 19 août. Le comité d’organisation des Jeux venait de l’informer de ses graves difficultés financières. Vente de billets pour les épreuves paralympiques en berne, manque de sponsors, dépassements dans les dépenses pour les Jeux olympiques… : l’argent manquait pour financer l’organisation des Paralympiades.

60 % des billets vendus

Depuis, la Mairie de Rio est venue à la rescousse : elle a débloqué 42 millions d’euros. Plusieurs entreprises publiques ont aussi été priées de sponsoriser l’évènement. Montant : 27 millions. Par ailleurs, une campagne de promotion, des tarifs attractifs et… l’approche de l’échéance ont dopé les ventes de billets. Malgré le contexte national de crises politique et économique. Le 5 septembre, 1,5 million de billets avaient trouvé preneur sur les 2,5 millions proposés. Soit près de 60 %.

Le Comité d’organisation a toutefois dû se résoudre à tailler dans les coûts. Aucune épreuve n’a été annulée. Mais certaines ont été déplacées, les services de transports et le nombre de volontaires revus à la baisse… « Cela affectera l’expérience vécue par les athlètes », a reconnu Philip Craven.

Emmanuelle Assmann : "Notre seule vitrine, c'est les Jeux"
Emmanuelle Assmann : « Notre seule vitrine, c’est les Jeux. »

Une couverture médiatique plus importante

Reste que les Jeux paralympiques représentent le plus grand rassemblement sportif au monde, après les Jeux olympiques. Autour de 4 300 athlètes venus de 176 pays sont attendus. Leur couverture médiatique n’a par ailleurs jamais été aussi importante pour des Jeux d’été. En France, où France Télévisions assurera 100 heures de direct, comme à l’étranger.

Selon l’IPC, 154 pays retransmettront les épreuves, dans des proportions plus ou moins importantes, contre 115 à Londres. Une opportunité exceptionnelle pour le mouvement handisport. « Pour le sport paralympique, la seule vitrine c’est les Jeux, insiste Emmanuelle Assmann, la présidente du Comité paralympique et sportif français. Tous les quatre ans, on a une petite fenêtre de tir pour que les gens nous connaissent. » Allez, que la fête commence… Franck Seuret – Photos  © CPSF 2016/Grégory Picout

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Sophie : « Je suis la première candidate en situation de handicap du Meilleur Pâtissier. »

Sophie Schalckens, 54 ans, est la première candidate en situation de handicap du concours Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *