Accueil > Emploi > Une Agefiph plus visible et lisible pour agir sur l’emploi des personnes handicapées
Une Agefiph plus accessible à l'image de son ambassadeur, Gregory Cuilleron

Une Agefiph plus visible et lisible pour agir sur l’emploi des personnes handicapées

Avoir une offre d’intervention plus accessible pour les personnes comme pour les entreprises, réaffirmer son rôle d’expert, être force de proposition et d’innovation… L’Agefiph a présenté jeudi 6 octobre ses ambitions pour mieux favoriser l’emploi et sécuriser les parcours des travailleurs handicapés. Ceci dans un contexte de fort chômage.

C’est une évaluation menée auprès des bénéficiaires et des entreprises qui a mis en évidence une offre d’intervention peu lisible. D’où la volonté de l’Agefiph de se « refonder » selon les mots de sa présidente, Anne Baltazar. De se rendre « plus accessible, plus visible, plus réactive » et de « valoriser davantage son expertise » tout en étant « à la fois force de proposition et d’innovation ». Objectif  ? Être plus efficiente dans un contexte de baisse de ressources et de fort chômage des personnes en situation de handicap.

L’Agefiph, un rôle d’acteur des politiques publiques à réaffirmer

Une refondation qui passe par une identité réaffirmée et des priorités identifiées pour  aboutir à un plan d’actions début 2017. En terme de positionnement, pour l’Agefiph, il s’agit de mieux assumer son rôle d’acteur des politiques publiques de l’emploi et de la formation, de faire valoir son expertise dans ces domaines en valorisant ses expériences. Auprès de ses partenaires institutionnels – État, mais aussi collectivités territoriales, etc. –  elle entend être plus que jamais force de proposition, notamment en adaptant ses réponses aux contextes locaux.

Elle se réaffirme également comme animateur des réseaux d’acteurs professionnels du handicap et de l’emploi. Au travers notamment des Cap Emploi, Sameth et Alther, respectivement pour les personnes sans emploi, celles qui souhaitent s’y maintenir et les entreprises voulant satisfaire à leur obligation d’emploi. Enfin, l’Agefiph est toujours le gestionnaire du fonds de développement pour l’insertion des personnes handicapées. Un fonds  alimenté par les entreprises qui ne satisfont pas à leur obligation d’emploi des travailleurs handicapés et utilisé en complément des dispositifs de droits communs.

Adapter l’offre à la logique de parcours

En terme de priorités, l’Agefiph s’est fixé comme première ambition de rénover son offre pour mieux sécuriser les parcours des travailleurs handicapés, prenant acte d’une structuration actuelle qui freine cette logique de parcours – les conditions d’éligibilité, par exemple, occasionnent des ruptures. En direction du monde économique, elle entend mieux motiver les entreprises en ciblant mieux ses actions de sensibilisation et d’accompagnement.

Troisième priorité, renforcer l’accès des personnes en situation de handicap aux formations de droit commun, en agissant notamment sur la compensation et l’ingénierie pédagogique pour adapter les contenus. Mais aussi, quatrième priorité, agir sur le système des acteurs de l’emploi, pour le désenclaver et éviter les effets de silo. Enfin, l’Agefiph pour soutenir son positionnement réaffirmé s’oriente vers une communication en réponse à des besoins plus que sur ses actions. Corinne Manoury

A propos de Corinne Manoury

Lire aussi

Obligation d’emploi : nouveaux contours, nouvelles opportunités

Un quota d’emploi obligatoire de 6 % calculé différemment. La présence imposée de référents handicap …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *