Accueil > Arrêt sur la toile > Une imprimante 3D pour l’autonomie des personnes handicapées

Une imprimante 3D pour l’autonomie des personnes handicapées

Le centre de rééducation de Kerpape, près de Lorient, vient de s’équiper d’une imprimante 3D. Cette machine innovante permet de créer nombre de petits objets pour aider ses pensionnaires au quotidien. Avant de fabriquer, plus tard, prothèses de bras et de jambes.

Le principe ? Des plus simples. Il suffit de dessiner l’objet désiré puis de demander à la machine de le créer. La machine en question est une imprimante 3D et le croquis se fait via un logiciel dédié. À partir de fils plastiques, l’imprimante va alors créer l’objet désiré en trois dimensions. Le centre de rééducation de Kerpape (Lorient) en possède depuis peu un exemplaire. On peut d’ailleurs le voir en action dans la vidéo ci-dessous réalisant, à tire d’exemple, des porte-clés :

L’imprimante 3D pour des aides techniques parfaitement adaptées

Ce porte verre a été réalisé sur mesure grâce à l'impression 3D. © Radio France - J. Collin
Ce porte-verre a été réalisé sur mesure grâce à l’impression 3D. © Radio France – J. Collin

Si le centre de Kerpape a acquis une imprimante 3D, ce n’est pas pour confectionner des souvenirs. Non, le personnel a eu la bonne idée de la mettre à contribution pour produire tout un éventail d’ustensiles. Des objets utiles avant tout aux patients du centre, tous handicapés. Tel ce support destiné à tenir un verre avec une main fermée (paralysée). Ou ce joystick pour guider un fauteuil roulant réalisé à la mesure de la main d’un patient.

Efficace et économique (3 000 euros à l’achat), l’impression 3D semble promise à un bel avenir. « L’imprimante 3D a un potentiel énorme, explique Soazig David, ergothérapeute. Pour les déplacements, les prises de repas, la conduite automobile, on va pouvoir créer énormément d’objets et faire gagner en autonomie de nombreuses personnes handicapées ! »

Plus tard, il est même prévu à Kerpape de réaliser des prothèses de bras ou de jambes, comme cela se fait déjà ailleurs. Seul bémol : un temps de réalisation qui, pour l’instant, se chiffre en dizaines d’heures par objet. Signalé par O. Clot-Faybesse

À lire sur France Bleu

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Olivier Clot-Faybesse
Journaliste aides techniques, sciences, santé et recherche.

Lire aussi

Handicap : Alain Cocq se bat pour accéder à une mort « digne »

Atteint d’une maladie orpheline incurable, Alain Cocq, 57 ans, a écrit fin juillet à Emmanuel …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial