Accueil > J'ai regardé pour vous > « Handicapées et alors ! » ou ces extraordinaires mamans ordinaires
« C’est important que les autres mamans puissent me faire confiance », dit Delphine dans le documentaire Handicapées et alors ! Ces mamans extraordinaires. © Téva

« Handicapées et alors ! » ou ces extraordinaires mamans ordinaires

Pour réaliser son documentaire diffusé samedi soir dans Les Dossiers de Téva, Marielle Fournier, la présentatrice de l’émission, a suivi au quotidien des mamans et future maman handicapées. Des femmes entendant montrer que, malgré le handicap, elles sont des mères comme les autres.

Anne-Sophie, 34 ans, est malvoyante. Au début du documentaire Handicapées et alors ! Ces mamans extraordinaires, elle est enceinte. On fait sa connaissance à l’Institut de puériculture de Paris quand elle découvre, via une échographie en relief, les premières images de son bébé.

On la suivra jusqu’aux 2 mois et demi de son fils Raphaël. Le temps de partager ses inquiétudes, de prendre connaissance de ses difficultés – choisir du matériel de puériculture adapté notamment. Mais aussi de voir comment elle met à profit les conseils et entraînements du service d’accompagnement de mères déficientes visuelles mis en place par l’institut.

Se définir comme une maman ordinaire

Les autres mères que suit Marielle Fournier, réalisatrice du documentaire et présentatrice de l’émission Les dossiers de Téva, ont plus d’expérience. Et l’ont parfois partagée ! Comme Delphine Siegrist, paraplégique, auteure d’Oser être mère : maternité et handicap moteur, guide pratique accompagné de témoignages.

Léo, son fils, a aujourd’hui 10 ans et Delphine se définit comme une maman ordinaire. Une femme ayant eu un enfant tard et fait le choix d’être présente pour le voir grandir en mettant entre parenthèses son métier de journaliste.

En voiture ou avec son drôle de tricycle, elle accompagne partout Léo. Avec ou sans ses copains qui déjeunent régulièrement chez eux. « C’est important que les autres mamans puissent me faire confiance », dit-elle, notant qu’elle n’a jamais rencontrer de résistance.

S’investir dans la vie de leur enfant

Comme elle, Sabrina et Carinne, forcent le respect. Par leurs énergie et implication dans l’éducation de leurs enfants. Ainsi, la première, non-voyante, marche d’un pas vif dans les rues de Paris et prend le métro pour accompagner Amandine, 5 ans, à l’école, au parc ou à un cours de poterie… Depuis les six mois de sa fille, elle traduit avec sa puéricultrice des livres en braille pour pouvoir les lui lire.

La seconde, sourde de naissance et maman de deux garçons malentendants, dialogue avec eux en langue des signes. Cependant, elle vérifie que leurs devoirs sont faits en lisant sur leurs lèvres. De plus, elle les accompagne à leurs cours de musique. Une musique qu’elle ressent plus qu’elle ne l’entend, grâce aux vibrations.

Marielle Fournier © Téva
Marielle Fournier © Téva

Filmer au plus près du quotidien

C’est bien cette détermination a être des mamans comme les autres que voulait montrer Marielle Fournier. « Le sujet me tenait à cœur depuis ma rencontre avec Sabrina, cinq ans auparavant, explique-t-elle. Elle était alors jeune maman et nous l’avions invitée en plateau. Sa joie de vivre a été le déclic. Je me suis dit qu’il fallait raconter cette vie-là. » Et celle d’autres mamans avec d’autres handicaps.

Au plus près du quotidien, à travers le prisme du rapport aux enfants et sans rien gommer. On voit ainsi Sabrina s’égarer parce qu’elle n’a pas bien compté ses pas, perturbée par la caméra. Delphine, elle, s’installe au volant de sa voiture au prix de plusieurs manipulations.

Mais c’est justement cette manière de filmer sans fard qui rend le documentaire si positif. Marielle Fournier dit qu’elle voulait « donner envie ». Montrer que maternité et handicap ne demeurent pas incompatibles. Pari réussi ! En plateau, elle recevra ensuite Béatrice Idiard-Chamois, sage-femme, responsable de la consultation parentalité handicap moteur et sensoriel à l’Institut mutualiste Montsouris. Corinne Manoury

À voir sur Téva samedi 29 octobre à 20h45 et à revoir pendant sept jours sur les services “à la demande” des opérateurs distribuant la chaîne (Canalsat, Numéricable, SFR, Orange, Bouygues Télécom et Free).

A propos de Corinne Manoury

Corinne Manoury
Journaliste action sociale, handicap et nouvelles technologies.

Lire aussi

Apprendre à t’aimer [M6] : un regard juste sur l’arrivée d’un enfant porteur de trisomie 21

 M6 diffuse ce soir un téléfilm mettant en scène un couple confronté à la trisomie …

3 commentaire

  1. Avatar

    Je suis handicapée physique, mon mari, maintenant décédé, également. Nous avons élevé 2 filles sans l’aide de personne (années 80), à cette époque rien ne nous était proposé et avons dû nous débrouiller seul. Il est certain que si cela se passait actuellement je pense que nous aurions eu plus de facilité.

    • Avatar

      Bravo à toutes ces mamans handicapées. Je suis maman de deux enfants ados et handicapée. Ce n’est pas facile, mais c’est mon choix.
      J’aimerais partager mon expérience avec d’autres parents handicapés ou valides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial