Une carte mobilité inclusion à tout faire

Publié le 2 janvier 2017 par Franck Seuret
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
La carte mobilité inclusion comprendra trois mentions possibles : invalidité, priorité et stationnement pour personnes handicapées.

Depuis le 1er janvier 2017, la carte mobilité inclusion remplace les cartes d'invalidité, de priorité et de stationnement. Réponses à toutes les questions que vous vous posez sur cette nouvelle carte.

C'est la première grande nouveauté de l'année 2017 pour les personnes handicapées. La carte mobilité inclusion (CMI) a officiellement vu le jour le 1er janvier. Elle va progressivement remplacer les cartes d'invalidité, de priorité et de stationnement. Principal objectif : diminuer les délais d'attribution, comme Faire Face l'a expliqué dans un précédent article, et désengorger les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

L'annonce en avait été faite en décembre 2014 par François Hollande. Le projet de loi pour une République numérique adopté début octobre 2016 avait formalisé cet engagement. Et deux décrets publiés fin décembre dernier en précisent les modalités pratiques.

La carte d'invalidité va disparaître./>
La carte d'invalidité va disparaître.

Comment cette carte peut-elle en remplacer trois ?

La carte mobilité inclusion comprendra trois mentions possibles : invalidité, priorité et stationnement pour personnes handicapées. Vous pourrez donc, si votre situation le justifie, vous voir attribuer une CMI invalidité, une CMI priorité, une CMI stationnement, ou bien une CMI priorité et stationnement ou encore une CMI invalidité et stationnement. Les droits qui y sont attachés restent inchangés, tout comme les critères d’attribution (voir encadré).

À savoir : la mention invalidité peut être accompagnée de la sous-mention besoin d'accompagnement, dans les mêmes conditions qu'auparavant.

Trois mentions pour une carte

Invalidité : si votre taux d'inca

La suite est réservée aux abonnés du magazine. Déjà abonné ? Se connecter