Accueil > Arrêt sur la toile > Vivre avec une sclérose en plaques : « Une menace permanente, qui donne un profond sentiment d’injustice. »

Vivre avec une sclérose en plaques : « Une menace permanente, qui donne un profond sentiment d’injustice. »

Âgée de 30 ans, Nina a appris qu’elle était atteinte de sclérose en plaques il y a trois ans alors que sa première fille n’avait que six mois. Traitée par injections d’interféron béta, elle essaie de concilier le mieux possible sa maladie avec une vie de femme active et de maman de deux enfants en bas âge. Le magazine Femme Actuelle publie son témoignage.

« Quand j’ai été diagnostiquée, j’ai immédiatement pensé que ma seule option était d’être dans un fauteuil roulant, qu’il fallait que je déménage, que je n’aurais aucune autonomie, qu’il fallait que j’arrête de travailler…  Il est normal d’insister sur la souffrance des personnes lourdement affectées par la sclérose en plaques, une maladie neurologique qui représente la première cause de handicap non-accidentelle chez les jeunes, mais il faut aussi changer l’image des malades, leur montrer qu’ils peuvent avoir une vie de famille, une carrière, des projets. »

C’est le message d’espoir qu’il faut retenir du témoignage de Nina publié sur le site du magazine féminin Femme Actuelle. Nina a 30 ans. Diagnostiquée il y a trois ans, elle est maman de deux petites filles et arrive, malgré la fatigue, à concilier maladie, vie professionnelle et vie de famille.

En situation d’hypervigilance

Si les effets de sa maladie ne pèsent pas trop sur son quotidien, Nina a décidé de consulter une neuropsychiatre spécialisée dans la prise en charge de la sclérose en plaques pour ne pas « faire peser [ses] questionnements sur [son] entourage. » Grâce à son traitement de fond destiné à espacer les poussées, elle fait face à la maladie.

« Je suis néanmoins en situation d’hyper-vigilance, à l’affût du moindre signe qui pourrait faire penser que la maladie gagne du terrain, conclut-elle. Avoir une Sep peut ne pas conduire à un handicap physique, mais oblige à vivre en permanence dans cette perspective. » Signalé par Claudine Colozzi

À lire sur femmeactuelle.fr

 

 

A propos de Claudine Colozzi

Claudine Colozzi
Journaliste société - culture, mettant en valeur des femmes et des hommes au parcours inspirant.

Lire aussi

Handicap : Alain Cocq se bat pour accéder à une mort « digne »

Atteint d’une maladie orpheline incurable, Alain Cocq, 57 ans, a écrit fin juillet à Emmanuel …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial