Accueil > Société > Enquête Ifop/APF : les électeurs handicapés votent la défiance
La palme du mécontentement revient au niveau de vie : 65 % des personnes interrogées estiment qu'il s'est dégradé depuis 2007. © Claude Almodovar

Enquête Ifop/APF : les électeurs handicapés votent la défiance

Les personnes handicapées ne croient plus que les hommes et femmes politiques peuvent changer leur quotidien. Une perte de confiance de ces électeurs due au sentiment que leur situation s’est dégradée depuis dix ans. Les résultats de l’enquête Ifop pour l’APF, rendus publics ce mardi 14 mars, sont sévères.

Ce n’est plus une claque mais une déculottée pour les hommes et femmes politiques. Seulement 8 % des personnes handicapées leur font « confiance pour que leurs difficultés soient mieux prises en compte dans la société », selon les résultats de l’enquête Ifop pour l’APF rendus publics ce mardi 14 mars.

En 2007, elles étaient quatre fois plus (36 %) ! Et aujourd’hui encore, dans le grand public, ils sont 20 % à déclarer faire confiance aux élus, sur ce même sujet.

© Guillaume Vaudois

Niveau de vie en berne pour 2/3 des personnes interrogées

Comment expliquer une telle dégringolade ? Sans doute parce que ces électeurs handicapés ont le sentiment que leurs conditions de vie se sont dégradées depuis dix ans.

En effet, dans seulement trois des douze domaines sur lesquels ils ont été interrogés, les satisfaits (la situation s’est « plutôt améliorée ») dépassent les mécontents (elle s’est « plutôt détériorée »).  Il s’agit de l’accès aux contenus numériques (52 % contre 10 %), aux transports et aux lieux publics (34 % contre 27 %) et aux loisirs et à la culture (29 % contre 26 %).

Sur tous les autres sujets, les déçus sont les plus nombreux, que ce soit sur l’accès à l’école et à la vie scolaire, aux soins ou bien encore au monde du travail. La palme du mécontentement revient au niveau de vie : 65 % estiment qu’il s’est dégradé depuis 2007.

Priorité à l’amélioration des ressources pour la moitié des répondants

© Guillaume Vaudois

Plus généralement, 79 % des personnes en situation de handicap déclarent s’en sortir difficilement avec les ressources de leur foyer. Et même « très difficilement » pour 30 % d’entre elles. Pas étonnant, dans ces conditions, que les ressources viennent largement en tête des « domaines dans lesquels il est nécessaire d’agir en priorité ».

Un peu plus d’une personne handicapée interrogée sur deux évoque ainsi d’abord « les allocations ou pensions pour sortir de la pauvreté et de la précarité ». Et près d’une sur deux cite « le financement des aides humaines et matérielles liées au handicap ». Loin devant l’emploi, la sensibilisation du grand public et l’accessibilité des lieux publics et des transports (tous autour de 25 %).

Le handicap, oublié de la campagne

La défiance à l’égard de la classe politique est également alimentée par la faible place accordée au handicap dans la campagne présidentielle. 94 % des personnes handicapées ayant répondu à l’enquête estiment que ce thème « n’occupe pas une place suffisamment importante ». Le grand public partage largement cette opinion (86 %).

Malgré tout, deux électeurs handicapés sur trois s’intéressent à la campagne. Et 58 % envisagent d’aller voter à l’élection présidentielle. Soit à peine moins que dans l’ensemble de la population (62 %). Les prétendants à l’Élysée sont prévenus. Franck Seuret

Pour qui votent les personnes handicapées ?

• Les personnes en situation de handicap se positionnent nettement plus à gauche que la moyenne des Français. C’est ce qui ressort de leurs intentions de vote déclarées pour le premier tour de l’élection présidentielle.

• Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon recueillent respectivement 24 % et 21,5 % des intentions de vote. Dans le grand public, sur la même période (du 6 au 28 février 2017), les instituts de sondage les créditaient de 12 % et 14 % des intentions déclarées.

• Le vote Marine Le Pen trouve également un écho non négligeable (21 %) auprès de cet électorat. Mais nettement moins important qu’à l’échelle du territoire (27 % en moyenne).

• François Fillon séduit nettement moins les électeurs handicapés (12 %) que le grand public (18 %). Idem pour Emmanuel Macron : 14 % contre 21 % à l’échelle nationale.

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

L’AAH n’empêche pas d’emprunter

Un établissement de crédit n’a pas le droit d’écarter votre demande d’emprunt au seul motif …

8 commentaire

  1. Il serait utile de clarifier: était ce une enquête ou un sondage? Si sondage, merci d’indiquer la méthode. Si une enquête, il est assez coutumier que les mécontents s’expriment davantage que les personnes plus ou moins contentes. La meilleure preuve en sont les commentaires par FB, non soumis à modération, sur ce site et d’autres: les pas contents, les jamais contents s’y expriment librement souvent sans arguments concrets, sans connaissance des textes, comme une condamnation définitive, style « tous pourris ». S’ajoute parfois une pointe ou plus, de racisme primaire, là encore sans connaître les faits en la matière.

  2. Eh parfois, pour accéder à l’isoloir !!!!!!!!!!!

    • Il n’y a pas que ça certains endroit c’est les portes,elles font même pas 0,80 cm,et je passe sur le reste,hollande au salon de l’agriculture c’est fait Prendre a parti,sur l’accessibilité par un père d’enfant PMR,et ce fut pas triste,flamby(hollande) pas génial sa réponse,en le renvoyant au Ministre concerné,hollande fait du hollande,comme Macron fera du Hollande.

  3. A quand des avions correctement accessibles aux pmr sans que ceux- ci soient obligés de changer de fauteuil. L’avion est un lieu public? Ou pas.

  4. Il y a aussi ces Campagnes électorales de la présidentielle,accompagnés cette fois ci des Magistrats/justice CGT/CFDT/de Gauche d’ailleurs Macron dans son équipe a 3 retraitées de la Magistratures,que Brigitte et Emmanuel Macron,ont invités,pour que ce soit plus facile d’élire un Banquier,des Banquiers et a 99% les presses de France,franchement isoloir pour handicapées on s’en tape un peu,les Présidentielles,Hollande et Macron les on plombée,depuis hollande a envoyé ces chiens de gardes(sa justice a lui)et que l’on vienne pas nous dires,le contraire lui ou Macron c’est pareil,c’est la continuité,de 2012/2017,donc la Misère de la France.2€ sur l’AAH,je suis Mort de rire,plier en 2 de la foutaise,moi je perçois pas mais j’aurais honte de verssé 2€,quel gigolo ce mec.

  5. Bertrand Blanchais

    autrefois les handicapes sous tutelle n avait
    pas le droit de vote .ce n est plus le cas?.
    le droit de vote est accorde par le juge des tutelles en fonction des éléments du dossier
    de la personne concernée .

  6. Bonjour,

    Ce qui me frappe moi, c’est la participation exemplaire, sur 7 millions de citoyens en situation de handicap (piqure de rappel), le sondage portait sur les personnes concernées donc les proches, on passe à 13 millions de personnes, soit un taux de participation de 0.037 % ouf, heureusement que vous organisez pas de primaires….
    les difficultés, on les connaît, inutile de financer des organismes de sondage, agissez plutôt. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *